NOUVELLES
29/12/2014 06:59 EST | Actualisé 28/02/2015 05:12 EST

Une mère plaide non coupable pour la mort de trois bébés trouvés chez elle

WORCESTER, États-Unis - Une femme du Massachusetts qui vivait dans une maison sordide où la police dit avoir trouvé les restes de trois bébés a plaidé non coupable, lundi, à deux accusations de meurtre.

Erika Murray, 31 ans, s'est exprimée clairement alors qu'elle comparaissait en cour sous neuf chefs d'accusation.

Le juge James Lemire a ordonné qu'elle demeure détenue. Sa prochaine comparution en cour sera le 4 février.

La mère de sept enfants — quatre vivants et trois décédés — avait d'abord été accusée d'avoir dissimulé des enfants mort-nés. Elle avait plaidé non coupable à cette accusation moindre.

Mais en décembre, un grand jury a accusé Erika Murray des neuf chefs, qui incluent deux accusations de voies de fait sur un enfant causant des blessures graves, deux accusations d'avoir mis en danger la vie d'un enfant, deux accusations de cruauté envers des animaux et une accusation d'avoir dissimulé un enfant mort-né.

Son avocat, Keith Halpern, a dit qu'il n'y avait aucune preuve qu'elle avait causé la mort de ses trois bébés.

Selon les procureurs, la femme a donné naissance aux cinq plus jeunes enfants dans la salle de bain de la maison, tentant de cacher leur existence au père car il ne voulait pas avoir d'autres enfants. Elle semble les avoir gardés presque tout le temps dans les chambres à coucher de l'étage, remplies de déchets.

Les deux accusations de meurtre sont liées aux deux nourrissons morts qui ont été trouvés portant des couches et des habits de bébé d'une pièce. Un foetus a été retrouvé dans un placard, tout comme les deux nourrissons.

Les enfants vivants et la maison ont été découverts dans un état déplorable. Un enfant de trois ans ne pouvait ni parler ni marcher, était gravement sous-alimenté et avait des vers dans les oreilles. Un bébé de six mois semblait avoir passé la majeure partie de sa courte vie couché sur le dos.

Quant à la maison, elle contenait des carcasses d'animaux morts, était infestée d'insectes et de rongeurs et jonchée de piles de déchets, dont des couches souillées. Des travailleurs en combinaisons pour matières dangereuses ont passé des journées à fouiller la maison, qui a finalement été démolie.

Les enfants ont été placés sous la garde des services de protection de l'enfance.

Quant au père, il affirme qu'il vivait dans le sous-sol et n'était pas au courant de l'état du reste de la maison, ni de l'existence des deux plus jeunes enfants. Il fait aussi face à plusieurs accusations.