NOUVELLES
29/12/2014 05:04 EST | Actualisé 29/12/2014 05:05 EST

Ebola de retour en Europe : un cas confirmé à Glasgow

ANDY BUCHANAN via Getty Images
Signage outside the specialist Brownlee Centre on the Gartnavel Hospital campus in Glasgow on December 29, 2014, where a healthcare worker diagnosed with ebola ia being treated. A healthcare worker recently returned from Sierra Leone was on Monday diagnosed with Ebola by doctors in Glasgow in the first diagnosis of the virus in Britain during the current outbreak. The patient will be transferred to the high level isolation unit in London's Royal Free hospital 'as soon as possible' according to protocol laid down by the government in London. AFP PHOTO / ANDY BUCHANAN (Photo credit should read Andy Buchanan/AFP/Getty Images)

Le virus de l'Ebola a fait son retour en Europe lundi et plus précisément au Royaume-Uni où une infirmière, tout juste revenue de Sierra Leone, a été diagnostiquée positive et placée en isolement dans un hôpital de Glasgow.

Le gouvernement de la région semi-autonome d'Ecosse a indiqué que l'infirmière était revenue en Ecosse tard dimanche soir de Sierra Leone via Casablanca (Maroc) et l'aéroport d'Heathrow à Londres par un vol de la British Airways.

Arrivée vers 23h30 heure locale, elle a été admise à l'hôpital lundi matin après s'être sentie mal et a été placée en isolement à 7h50 du matin.

Le fait que le virus ait été diagnostiqué "à un stade très précoce de la maladie" signifie que le risque qu'une autre personne ait été contaminée est "considéré comme extrêmement faible", a souligné le Premier ministre écossais Nicola Sturgeon au cours d'une conférence de presse.

Selon Alisdair MacConachie, responsable du NHS (Système de santé publique) de la région de Glasgow, la patiente ne montre pour l'instant "pas de signes cliniques inquiétants".

Les autorités estiment que la patiente n'a été en contact qu'avec une seule personne depuis son retour à Glasgow. Par précaution, elles cherchent tout de même à entrer en contact avec tous les passagers qui se trouvaient dans les avions qu'elle a pris.

L'infirmière sera transférée "dès que possible" à Londres dans une unité spécialisée du Royal Free Hospital, a ajouté le gouvernement écossais.

C'est dans cet hôpital qu'avait déjà été soigné cet automne l'infirmier bénévole britannique William Pooley qui avait également été contaminé par le virus Ebola en Sierra Leone.

Réunion de crise

Dans les trois pays d'Afrique de l'Ouest les plus touchés - Sierra Leone, Liberia et Guinée -, l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola a fait 7.842 morts sur un total de 20.081 cas enregistrés, selon le bilan actualisé de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), publié lundi.

Plusieurs cas de malades ayant contracté le virus en Afrique ont été signalés en Europe et aux Etats-Unis.

Le premier a été un missionnaire espagnol de retour de Sierra Leone qui est mort le 12 août à Madrid.

Une aide soignante espagnole qui avait traité deux missionnaires morts de la fièvre Ebola dans un hôpital madrilène était ensuite devenue la première personne contaminée connue hors d'Afrique.

Dernièrement, un soldat nigérian de l'ONU a été transporté début décembre aux Pays-Bas pour y être soigné. Une fois guéri, il a pu rentrer dans son pays.

Aucun cas au Royaume-Uni même n'avait pour l'instant été diagnostiqué.

"L'Ecosse s'est préparée à cette éventualité depuis que l'épidémie a éclaté en Afrique de l'Ouest et je suis confiant dans le fait que nous sommes bien préparés", a souligné Nicola Sturgeon qui s'est entretenu avec le Premier ministre britannique David Cameron.

Ce dernier a fait savoir par le biais d'un porte-parole que les gouvernements écossais et britannique allaient "s'assurer que tout est fait pour soutenir le patient et protéger la santé du public, même si le risque pour la population reste faible".

Le ministre britannique de la Santé, Jeremy Hunt, devait présider une réunion de crise lundi soir.

La Grande-Bretagne se veut en pointe dans la lutte contre l'épidémie en ciblant ses efforts sur la Sierra Leone, ancienne colonie britannique.

En octobre, elle a envoyé 750 militaires, un navire médicalisé et trois hélicoptères dans ce pays où elle a construit des centres médicaux.

De nombreux bénévoles se sont joints à l'effort. "Nos premières pensées vont au patient, à sa famille et à ses amis. Je lui souhaite un prompt rétablissement", a souligné Nicola Sturgeon.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

  • James et Tamah Mulbah
    John Moore via Getty Images
    James Mulbah, 2 ans, pose avec sa mère, Tamah Mulbah, 28 ans, qui a aussi guéri d\'Ebola dans la section à risque bas du centre d etraitement, le 16 octobre 2014 à Paynesville, Liberia.
  • Benetha Coleman
    John Moore via Getty Images
    Benetha Coleman, 24 ans, le 16 octobre 2014 à Paynesville. Elle déclare que son mari et ses deux enfants ont succombé à l\'épidémie.
  • Jeremra Cooper
    John Moore via Getty Images
    Jeremra Cooper, 16 ans, se protège de la chaleur, le 16 octobre 2014, à Paynesville. Il dit avoir perdu six membres de sa famille à cause de l\'épidémie et s\'être remis après un mois.
  • Zaizay Mulbah et Mark Jerry
    John Moore via Getty Images
    Zaizay Mulbah, 34 ans, et Mark Jerry, 30 ans, attendent de commencer leurs heures de travail au centre de traitement de Médecins sans frontières, le 12 octobre 2014 à Paynesville.
  • Eric Forkpa
    John Moore via Getty Images
    Eric Forkpa, 23 ans, le 16 octobre 2014, à Paynesville. Cet étudiant en ingénierie déclare avoir été contaminé par son oncle, qui lui a succombé. Il a passé 18 jours au centre de traitement.
  • Emanuel Jolo
    John Moore via Getty Images
    Emanuel Jolo, 19 ans, dans le centre de traitement de Paynesville, le 16 octobre 2014. Il a perdu six membres de sa famille et aurait été contaminé en lavant le corps de son père.
  • Sontay Massaley
    John Moore via Getty Images
    Sontay Massaley, 37 ans, sort du centre de traitement le 12 octobre 2014, à Paynesville. Elle travaillait comme vendeuse de rue avant d\'attraper le virus.
  • Victoria Masah
    John Moore via Getty Images
    Victoria Masah, 28 ans, le 16 octobre 2014, à Paynesville. Son mari et deux de ses enfants seraient morts d\'Ebola.
  • Abrahim Quota
    John Moore via Getty Images
    Abrahim Quota, 5 ans, devant le centre de traitement JFK de Monrovia, le 13 octobre 2014. Il était arrivé deux jours auparavant au centre avec ses parents, tous deux décédés depuis.
  • Lassana Jabeteh
    John Moore via Getty Images
    Lassana Jabeteh, 36 ans, avant de commencer sa journée en tant que garde-malade au centre de traitement de Paynesville, le 12 octobre 2014. Ce chauffeur de taxi dit avoir contracté le virus en transportant un policier infecté qui a vomi dans sa voiture sur le chemin de l\'hôpital.