NOUVELLES
26/12/2014 10:30 EST | Actualisé 25/02/2015 05:12 EST

Le Canada bafoue la Slovaquie 8-0 en ouverture du Championnat mondial junior

MONTRÉAL - Écarté du podium au cours des deux dernières années, le Canada a voulu passer le message, vendredi, qu'il veut être maître chez lui au Championnat du monde junior. La première rencontre du tournoi, une victoire de 8-0 face à la Slovaquie devant 14 142 spectateurs au Centre Bell, a été une bonne mise en jambes.

«Nous sommes très heureux de la façon que nous avons amorcé le tournoi, a commenté l'entraîneur d'Équipe Canada junior, Benoît Groulx. Mais nous ne nous enflerons pas la tête avec ça. Ce n'est qu'un match.»

L'équipe canadienne a bafoué la Slovaquie, même si la jeune sensation Connor McDavid n'a pas amassé de point.

L'attaque est venue principalement du troisième trio. Robby Fabbri a été l'auteur d'une performance de deux buts et de deux passes, qui lui a valu le titre de joueur du match du Canada. Son joueur de centre Nic Petan a fourni un but et deux passes. Anthony Duclair, Nick Paul, Brayden Point, en plus d'une mention d'assistance, Max Domi et Jake Virtanen ont été les autres marqueurs.

«C'est notre objectif depuis le début d'être une équipe de quatre trios, a mentionné Groulx. Petan et Fabbri avaient bien fait ensemble au cours du match préparatoire contre la Suisse, mardi. Ils jouent avec de la passion, ils sont affamés. Ils veulent faire la différence, et c'est une belle qualité à avoir.»

L'espoir du Canadien, Zachary Fucale, a connu une soirée peu occupée devant le filet, avec 12 arrêts. Duclair et lui, deux Montréalais, ont reçu un bel accueil de la foule.

Groulx a confirmé qu'il fera appel à l'autre gardien, Eric Comrie, à l'occasion du duel de samedi contre l'Allemagne.

Les gardiens slovaques Denis Godla (cinq buts, 25 tirs) et David Okalicany (trois buts, neuf tirs) en ont eu plein les jambières.

Le capitaine de la Slovaquie, Martin Reway, ne pouvait pas tout faire seul. L'espoir du Canadien était insatisfait même s'il a été choisi le meilleur joueur de son camp.

«C'est quelque peu humiliant pour moi qui en suis à ma troisième participation au Mondial junior, a admis Reway, qui évolue en République tchèque cette saison. C'est un match à oublier pour nous.»

Vite en avant

La Slovaquie a l'habitude de donner du fil à retordre au Canada. L'an dernier, elle s'était inclinée 5-3 après avoir laissé filer l'avance. Mais vendredi, elle n'a jamais été dans le coup.

On a vite compris que les Slovaques connaîtraient une soirée de misère. Pitoyables en défense, ils n'ont fait que faire paraître les Canadiens encore plus rapides et talentueux.

«Nous sommes une bien meilleure équipe, a argué l'entraîneur slovaque Ernest Bokros. Nous sommes tombés en retard au score dès le départ et je savais que ce n'était pas bon. Les joueurs étaient quelque peu figés avec l'atmosphère qui régnait dans l'amphithéâtre.

«Malheureusement pour nous, nous n'avons qu'un Martin Reway. Le Canada en a une quinzaine!», a lancé Bokros.

La première moitié du premier vingt n'était pas écoulée que c'était déjà 3-0.

«Nous avons vite chassé la nervosité de début de tournoi, a analysé Groulx. En avant par trois buts, nous n'avions plus de papillon au ventre et nous avons joué avec confiance.»

Le Canada a rappliqué avec quatre autres buts au deuxième tiers. Le filet de Point à 11:35, après celui de Paul à 6:56, a mis un terme au calvaire du gardien Godla.

L'arrivée en scène d'Okalicany n'a rien changé. Domi et Petan l'ont déjoué à l'aide de lancers hauts on ne peut plus précis.

En troisième, Fucale a eu à préserver son jeu blanc à quelques reprises, particulièrement pendant un jeu de puissance de la Slovaquie. Il a avoué avoir joué de chance en voyant la rondelle frapper le bout du manche de son bâton en une autre occasion.

«Je n'ai pas trop réalisé ce qui s'était passé sur le coup. Mon bâton est parti dans les airs», a-t-il relaté, en souriant.

Virtanen a complété le score avec quelques minutes à jouer.

«J'ai apprécié la façon que nous avons réagi jusqu'à la fin. Nous avons gardé notre concentration», a résumé Groulx, en disant s'attendre à un match fort différent contre l'Allemagne.