NOUVELLES
25/12/2014 07:24 EST | Actualisé 24/02/2015 05:12 EST

Le pape dénonce l'indifférence face aux réfugiés et aux enfants qui souffrent

VATICAN, État de la Cité du Vatican - Le message de Noël du pape François était empreint de tristesse pour ceux qui ont peu de raisons de célébrer: les enfants victimes d'agressions, les réfugiés, les otages et tous ceux qui souffrent de la violence au Moyen-Orient, en Afrique, en Ukraine et ailleurs dans le monde.

Le traditionnel discours de Noël du pape, livré du balcon de la basilique Saint-Pierre, s'est attardé aux enfants qui souffrent de mauvais traitements ou de violence, notamment les dizaines d'enfants tués lors de l'attaque terroriste contre une école au Pakistan, plus tôt en décembre.

Une foule de quelque 80 000 personnes avait envahi la place Saint-Pierre, jeudi, pour la bénédiction «Urbi et Orbi» («à la ville et au monde»).

D'un air solennel, François a déclaré que les célébrations de Noël étaient marquées cette année par beaucoup de larmes. Il a déploré que de nombreux enfants soient devenus «des objets d'échange et de trafic» ou forcés de devenir soldats.

Le pape a dénoncé les persécutions visant les communautés chrétiennes anciennes en Irak et en Syrie, de même que les membres des autres groupes ethniques ou religieux. Il a souhaité que Noël leur apporte la paix.

En parlant des réfugiés et des exilés, il a espéré que l'indifférence à leur égard se transforme en rapprochement, et que le rejet se transforme en hospitalité.

Le souverain pontife a également remercié ceux qui aident courageusement les personnes infectées par le virus Ebola en Afrique de l'Ouest.

Dans sa litanie sur les régions troublées du monde, François a dénoncé les prises d'otages au Nigeria et souhaité que la réconciliation prévale sur la haine et la violence en Ukraine.

Environ une heure après le départ du pape, une manifestante du groupe Femen aux seins nus s'est emparée de la statue du petit Jésus dans la scène de la Nativité au milieu de la place Saint-Pierre, alors que des milliers de visiteurs se trouvaient sur les lieux. Un gendarme du Vatican a rapidement emmené la femme après l'avoir couverte avec un manteau.