NOUVELLES
25/12/2014 07:35 EST | Actualisé 24/02/2015 05:12 EST

Deux conductrices saoudiennes référées à un tribunal pour terrorisme

DUBAI, Émirats arabes unis - Deux Saoudiennes détenues depuis près d'un mois pour avoir violé l'interdiction aux femmes de conduire dans le royaume ont été référées, jeudi, à un tribunal qui traite les cas de terrorisme pour des commentaires publiés sur les réseaux sociaux.

Ce serait la première fois, selon des militants, que des conductrices sont référées à la cour criminelle spécialisée de Riyad, et leur détention pour avoir défié l'interdiction de conduire qui s'applique aux femmes en Arabie saoudite est la plus longue de l'histoire du pays.

Quatre personnes près des deux femmes ont indiqué que Loujain al-Hathloul, 25 ans, et Maysa al-Amoudi, 33 ans, ne sont pas accusées pour avoir défié l'interdiction de conduire qui s'applique aux femmes en Arabie saoudite, mais bien pour des opinions prononcées en ligne. Les sources ont refusé d'élaborer sur ces commentaires. Elles ont toutes parlé sous le couvert de l'anonymat, par peur de représailles du gouvernement. Leurs avocats auraient immédiatement porté en appel la décision de transférer leur dossier à la cour criminelle spécialisée de Riyad, établie pour entendre les cas de terrorisme et d'activisme mais qui a aussi été utilisée pour les cas de dissidence et d'activisme politique. Une cour d'appel de Dammam devrait rendre une décision sur le transfert dans les prochains jours.

Récemment, l'organisme Human Rights Watch a prévenu que les autorités saoudiennes avaient augmenté la surveillance d'un cran en arrêtant désormais «des gens qui critiquent pacifiquement le gouvernement sur Internet». Il a ajouté que les juges et les procureurs invoquaient «des clauses vagues d'une loi contre la cybercriminalité de 2007 pour accuser et juger des citoyens saoudiens pour des gazouillis pacifiques et des commentaires sur les médias sociaux».

Au moment de leur arrestation pour avoir conduit, Mmes al-Hathloul et al-Amoudi avaient ensemble un total de 355 000 abonnés sur Twitter. Elles soutenaient haut et fort une campagne populaire d'opposition à l'interdiction de conduire des femmes.

L'Arabie saoudite a maintes fois muselé les femmes qui ont tenté de conduire. En 1990, 50 femmes ont été arrêtées. Leur passeport a été confisqué et elles ont perdu leur emploi. Plus de 20 ans plus tard, en 2011, une femme a été condamnée à recevoir 10 coups de fouet pour avoir conduit, mais le roi a renversé sa sentence.

Cette fois, Loujain al-Hathloul a été arrêtée par la garde frontalière le 30 novembre, lorsqu'elle a tenté d'entrer au pays depuis les Émirats arabes unis avec un permis de conduire de ce pays, pour défier les autorités. Son passeport a été confisqué pour 24 heures.

Maysa al-Amoudi a été arrêtée lorsqu'elle a conduit pour apporter à Mme al-Hathloul une couverture et de la nourriture à la frontière.