NOUVELLES
24/12/2014 06:06 EST | Actualisé 23/02/2015 05:12 EST

Violentes manifestations au Missouri après la mort d'un Noir tué par la police

BERKELEY, Mo. - De violentes manifestations ont éclaté mercredi après qu'un jeune homme noir armé eut perdu la vie sous les tirs d'un policier dans la région de Saint-Louis, aux États-Unis, tout près de Ferguson.

Le policier questionnait le jeune homme de 18 ans et un autre homme à l'extérieur d'un dépanneur à Berkeley, à propos d'un vol survenu tard mardi, lorsque le premier a pointé un pistolet 9 mm en sa direction, a indiqué le chef de police du comté de Saint-Louis, Jon Belmar. L'agent a fait quelques pas en arrière mais a tiré trois coups de feu, dont un a atteint mortellement le jeune homme.

Berkeley est située tout juste à côté de Ferguson, en banlieue nord-ouest de Saint-Louis, où a été abattu un jeune Noir, Michael Brown, par un policier blanc, en août. Cette affaire a provoqué des émeutes dans le secteur et une série de manifestations partout aux États-Unis. Les rassemblements ont repris de plus belle lorsqu'un grand jury a décidé de ne pas accuser le policier responsable, Darren Wilson. Un débat national sur l'utilisation de la force par la police a aussi pris forme.

Jon Belmar a refusé d'identifier la victime, mais a dit qu'il était âgé de 18 ans et qu'il était Noir. Une femme présente sur les lieux de l'incident et prétendant être sa mère a dit à des journalistes qu'il s'appelait Antonio Martin.

Le policier, âgé de 34 ans, a été placé en congé administratif le temps de l'enquête.

L'autre homme présent lors de l'incident aurait pris la fuite et la police est à sa recherche.

Il s'agit du troisième homme noir abattu par la police dans la région de Saint-Louis depuis la mort de Michael Brown. À chaque nouveau décès, des manifestations importantes ont lieu. Mercredi à Berkeley, 50 policiers, certains en tenue antiémeute, ont surveillé un attroupement d'environ 300 personnes.

Des vidéos montrent des bousculades entre policiers et manifestants. M. Belmar a confirmé que les policiers avaient utilisé du gaz poivré, mais pas de gaz lacrymogènes. Quatre personnes ont été arrêtées pour voies de fait contre des agents.

Trois objets explosifs, possiblement des feux d'artifice, ont été lancés en direction de pompes à essence. Des manifestants ont lancé des pierres et des briques. Un agent a été frappé par une brique et traité pour des lésions au visage. Un autre a été blessé à une jambe alors qu'il tentait de s'éloigner d'un des explosifs.

La dame qui prétend être la mère du jeune homme tué, Toni Martin, a affirmé à des médias locaux que son fils était accompagné de sa petite amie au moment de l'incident. Une vidéo de la scène rendue disponible par la police ne montre toutefois pas de femme avec les deux hommes.

Le jeune homme avait accumulé un dossier criminel considérable depuis qu'il a eu 17 ans, a affirmé M. Belmar. Il a été accusé à trois reprises de voies de fait, ainsi que de vol à main armée, action criminelle armée et utilisation illégale d'une arme à feu.