DIVERTISSEMENT
24/12/2014 10:47 EST | Actualisé 24/12/2014 10:47 EST

V : «Ça commence bien» est sur une belle lancée

Facebook

En cette période de réjouissances, la nouvelle équipe de Ça commence bien trace un bilan festif de son premier automne en ondes. Des cotes d’écoute qui, par rapport à l’an dernier, ont augmenté de 10% à 12% entre 7h et 9h, mais encore plus significativement entre 9h et 10h (à Ça commence bien +), une chimie qui s’est rapidement installée entre le capitaine Jean-François Baril et ses partenaires, des segments devenus populaires sur les réseaux sociaux, Ça commence bien a, de fait, très bien commencé sa saison, mais personne ne s’assoit sur ses lauriers pour autant.

«Faire une émission du matin, c’est comme être boulanger, illustre Jean-François Baril. Il faut faire le meilleur pain chaque matin. Si, un matin, tu fais un super bon pain et qu’une personne repart satisfaite, mais que le lendemain, elle revient, et tu n’arrives pas à recréer le même goût, elle va être déçue. L’émission, c’est la même chose. Il faut être bons tous les jours pour que les gens nous fassent confiance.»

Mais l’animateur ne se fait pas trop de mauvais sang ; à date, les «ingrédients» se sont bien mélangés et son pain a très bien levé. Ses collaborateurs Alex Perron, Chéli Sauvé-Castonguay, Lisa-Marie Blais, Andy Mailly-Pressoir et lui ont vite développé une complicité palpable à l’écran, et ce, même si peu de semaines se sont écoulées entre l’annonce officielle de la nouvelle formule, en juillet, et le début de l’implantation de celle-ci, au début septembre, dans les studios de MusiquePlus.

«On n’a pas eu énormément de temps pour faire des tests et assimiler nos nouveaux locaux, explique Jean-François. Mais on a rapidement trouvé le ton de l’émission. Les premiers jours, la mayonnaise prenait presque trop ; on avait beaucoup de plaisir, et ça devenait presque difficile à suivre pour les téléspectateurs, par moments. Ç’a été un beau problème qu’on a eu à résoudre.»

Rythme familial

Un homme du matin, Jean-François Baril? Sans aucun doute. Le père de Viviane, 11 ans, et Nathan, 9 ans, se lève depuis déjà dix ans aux aurores pour livrer les actualités au Québec qui se réveille. Il a d’abord été de la première mouture de Caféine, à TQS, puis a co-piloté C’t’encore drôle avec Mitsou et Pierre Pagé, à l’antenne de Radio Énergie (devenue depuis NRJ), en 2007. Il est ensuite passé à Rouge FM, où il a tenu la barre de Rouge café jusqu’au printemps 2013.

Il croyait alors revenir à un horaire plus régulier, mais la direction de V, déjà satisfaite de l’audience qu’il attirait en fin d’après-midi à La guerre des clans, place tellement toute sa confiance en lui, qu’on a aussitôt pensé à lui pour conduire Ça commence bien lorsqu’est venu le temps de remanier le concept du rendez-vous matinal, l’an dernier. Et lui ne pouvait pas refuser si beau défi.

«Le fait de commencer à 7h, à Ça commence bien, est un gros avantage, précise Jean-François. Et le fait d’être bien entouré, d’avoir du plaisir, aide beaucoup. Toute l’équipe s’entraide.»

Sa marmaille ne souffre pas non plus de son horaire de boulot atypique.

«Mes enfants approchent l’adolescence. Le matin, ils s’habillent seuls, ils déjeunent seuls, ils veulent regarder la télé, ils sont dans leur petit monde, et ils se lèvent le plus tard possible. Au total, le matin, je passe environ 50 minutes avec eux. Par contre, quand ils arrivent de l’école, je suis là. Je peux les aider à faire leurs devoirs, savoir s’il est arrivé quelque chose dans la journée, reconduire ma fille à la gymnastique… Je trouve ce rythme plus facile pour la famille. Je me sens plus utile et privilégié de passer des moments avec mes enfants à cette heure-là que quand je faisais des émissions le soir.»

Jean-François Baril décèle-t-il un potentiel de carrière dans les arts ou les communications chez sa progéniture? Pour l’instant, Viviane et Nathan ont les yeux et les horizons grands ouverts.

«Ma fille a tous les talents dans la vie, remarque le fier papa. Elle est déjà dans une agence, elle fait des voix et des petits rôles, elle fait des montages vidéo, elle monte des pièces de théâtre à l’école, elle a un côté artistique hyper développé. Point de vue académique, elle est aussi super bonne. Elle pourrait faire de grandes études, si elle en a envie. Je ne sais pas quelle tangente elle prendra…»

«Nathan, lui, est plus sportif, poursuit Jean-François. Il joue au hockey. Parfois, il dit qu’il aimerait être commentateur, travailler à RDS, lire les bulletins de nouvelles, décrire les matchs de hockey… C’est le plus farceur des deux. Il se sert de son humour pour se sortir des situations où il ne se sent pas bien. Il pousse des blagues pour détendre l’atmosphère!»

Ça commence bien, du lundi au vendredi, à 7h, à V. L’émission ne fait pas relâche pendant le temps des Fêtes.