NOUVELLES
24/12/2014 04:17 EST | Actualisé 22/02/2015 05:12 EST

Un avion de la coalition abattu par l'ÉI en Syrie, le pilote jordanien capturé

AMMAN, Jordanie - Pour la première fois depuis le début de la campagne aérienne internationale en Syrie, le groupe armé État islamique (ÉI) est parvenu à abattre un avion de chasse appartenant à la Jordanie et a capturé le pilote.

La cause de l'écrasement n'était pas immédiatement connue, mais des activistes qui surveillent le conflit ont affirmé que les combattants de l'ÉI ont tiré sur l'avion près de Raqqa, dans le nord de la Syrie, un fief des islamistes radicaux.

Le centre médiatique de Raqqa a publié une photo montrant soi-disant le pilote, trempé, portant un t-shirt blanc et nu de la taille aux pieds. Des hommes armés le tirent de ce qui semble être un lac. Une autre photo le montre entouré d'une dizaine de combattants, certains masqués. Le centre médiatique soutient que les combattants de l'ÉI fouillent les alentours au cas où il y aurait un second pilote.

Les États-Unis et plusieurs pays arabes alliés ont mené des centaines de frappes aériennes contre le groupe État islamique en Syrie depuis le 23 septembre. Des avions américains et internationaux tentent d'éradiquer les extrémistes d'Irak depuis plus longtemps encore. L'Arabie saoudite, la Jordanie, le Bahreïn et les Émirats arabes unis participent aux frappes en Syrie, avec le soutien logistique du Qatar.

L'enlèvement du pilote a de quoi faire frémir la Jordanie, qui a été vertement critiquée par des sympathisants de l'organisation djihadiste pour sa participation à la campagne aérienne. L'ÉI a déjà exécuté des dizaines de soldats syriens, trois Américains et deux Britanniques.

Dans une déclaration, l'armée de la Jordanie a indiqué que l'unité aérienne menait une opération militaire contre le groupe État islamique mercredi matin, lorsqu'un de ses avions s'est écrasé. «Le pilote a été pris en otage par l'organisation terroriste Daesh», dit la déclaration, qui utilise l'acronyme arabe du groupe. L'armée prévient que le groupe ÉI et «ceux qui le soutiennent» sont responsables de la sécurité du pilote.

L'Observatoire pour les droits de l'homme, basé en Angleterre, a confirmé l'écrasement de l'avion et a ajouté qu'il avait été tiré par un missile antiaérien de fabrication russe ou par des tirs mitrailleuses lourdes.

Une source du Pentagone, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, a confirmé être au courant des allégations faites sur les réseaux sociaux, mais ne pouvait confirmer quoi que ce soit.