NOUVELLES
24/12/2014 09:38 EST | Actualisé 23/02/2015 05:12 EST

Shinzo Abe reconduit pour un 3e mandat comme premier ministre du Japon

TOKYO - Shinzo Abe a entamé un troisième mandat comme premier ministre du Japon en nommant comme ministre de la Défense un ancien officier militaire, qui souhaite élargir le rôle de l'armée.

M. Abe a gardé les autres membres de son précédent Cabinet.

Le Parlement a réélu M. Abe après que le Parti libéral démocrate, qu'il dirige, eut remporté les élections du 14 décembre dernier, déclenchées dans la hâte par le premier ministre pour lui permettre d'exécuter son plan de réformes économiques, surnommé «Abenomics».

Le ministre sortant de la Défense, Akinori Eto, fait partie des ministres dont le financement politique a été questionné par des députés de l'opposition lors de récentes sessions parlementaires. Il sera remplacé par Gen Nakatani, un ancien haut militaire qui a déjà exercé les fonctions de ministre de la Défense.

M. Nakatani est en faveur d'une plus grande place pour l'armée, qui est limitée par la constitution pacifiste adoptée après la Deuxième Guerre mondiale. Il a affirmé que M. Abe lui avait spécifiquement demandé de se pencher sur «la sécurité nationale de manière à protéger le territoire japonais, la vie et la propriété des gens».

Il a déclaré que la situation en matière de sécurité avait changé au Japon et qu'il devait renforcer la sécurité nationale.

Shinzo Abe plaide pour revoir la constitution, de manière à pouvoir renforcer l'armée du pays. Il a déjà révisé des politiques pour permettre aux forces de la défense de prêter main forte à ses alliés en cas d'attaque. M. Nakatani a affirmé qu'il chercherait à mettre en vigueur une loi pour permettre au Japon d'exercer ce droit à l'auto-défense. Il souhaite expliquer au public que le but n'est pas «de permettre au Japon de faire la guerre ou d'user d'agressivité, mais de protéger le territoire du Japon et les vies et la propriété des gens».