NOUVELLES
24/12/2014 12:10 EST | Actualisé 23/02/2015 05:12 EST

Les négociations entre Kiev et les prorusses prennent fin sans signe de progrès

MINSK, Bélarus - Les discussions visant à négocier un cessez-le-feu stable en Ukraine entre les forces du gouvernement et des groupes armés prorusses ont pris fin après plus de cinq heures, mercredi à Minsk, avec aucune indication de progrès et des points d'interrogation quant à la date de la reprise des négociations.

La première séance a eu lieu dans la capitale bélarusse, un jour après la décision de l'Ukraine d'abandonner son statut de pays non aligné, ce qui a ajouté un nouvel élément de tension dans la recherche de solutions afin de mettre fin à la violente crise qui frappe le pays.

Les négociations devaient aider à établir des mesures qui assureraient la durabilité du cessez-le-feu fragile en Ukraine depuis qu'il a été déclaré en septembre, en plus de mener au retrait des armes lourdes et à un échange de prisonniers de guerre. Les négociateurs incluaient des représentants de l'Ukraine, de la Russie, des rebelles prorusses et de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Les médias n'étaient pas autorisés à entrer dans la résidence gouvernementale où se tenaient les rencontres, et les participants ont quitté les lieux sans faire de commentaires. Une autre ronde de négociations était prévue vendredi, mais le ministre bélarusse des Affaires étrangères a déclaré à la fin de la séance qu'il n'était pas clair si elle aurait lieu ou non.

Les affrontements entre les séparatistes prorusses et l'armée ukrainienne ont fait plus de 4700 morts depuis le printemps.

D'autres rondes de négociations en septembre ont mené à un cessez-le-feu et à une entente en faveur du retrait des armes lourdes, mais les deux parties ont échoué dans leurs négociations sur le tracé de la frontière et les combats ont continué.

Les hostilités ont diminué au cours du dernier mois et les efforts de paix ont repris. Les tensions ont toutefois refait surface avec la nouvelle ronde de discussions.

Mardi, le Parlement ukrainien a voté en faveur de l'abandon de son statut de pays non aligné, un premier pas vers une possible admission au sein de l'OTAN. L'Ukraine rejoindrait donc l'alliance militaire occidentale, ce que condamnerait Moscou.

Les régions de Donetsk et Louhansk sont en proie à l'instabilité depuis avril, après l'annexion de la Crimée par la Russie. Ces incidents ont été en partie liés aux craintes de la Russie que l'OTAN installe des bases navales dans le même secteur que les forces navales russes en mer Noire.