DIVERTISSEMENT
24/12/2014 01:31 EST | Actualisé 24/12/2014 01:32 EST

The interview: la comédie sur Kim Jong-Un est maintenant disponible en ligne

Damian Dovarganes/AP
A banner for "The Interview"is posted outside Arclight Cinemas, Wednesday, Dec. 17, 2014, in the Hollywood section of Los Angeles. A U.S. official says North Korea perpetrated the unprecedented act of cyberwarfare against Sony Pictures that exposed tens of thousands of sensitive documents and escalated to threats of terrorist attacks that ultimately drove the studio to cancel all release plans for "The Interview." (AP Photo/Damian Dovarganes)

Le film The interview, que Sony avait renoncé à distribuer pour finalement le sortir dans 300 salles le jour de Noël, est offert en ligne sur plusieurs plateformes.

Depuis 13 h mercredi, The interview est offert en location sur YouTube, Google Play et Xbox Video. Le film peut également être vu sur le site dédié Seetheinterview.com.

La version française n'est toutefois pas encore offerte. Sony offrira également le film en vidéo sur demande.

La sortie de ce film, initialement prévue le 25 décembre, est une véritable saga. Une semaine après en avoir suspendu la sortie à cause de menaces de pirates informatiques, Sony Pictures Entertainment a annoncé, mardi, qu'elle autorisait la sortie du film le jour de Noël.

Il aurait dû être présenté dans quelque 2500 salles si ce n'avait été des menaces reçues par Sony, il le sera dans 300 salles.

Dans The interview, une parodie de film d'espionnage, un animateur et un producteur de télévision sont mandatés par la CIA pour tuer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un lors d'une entrevue qu'ils doivent réaliser avec lui à Pyongyang.

La bande-annonce (en anglais) :

LIRE AUSSI:

» Sony espère diffuser "L'interview qui tue!" ailleurs qu'en salle

» Un cinéma du Texas remplace «The Interview» par «Team America»

» Sony annule la sortie de The Interview aux États-Unis

» Les cinémas québécois présenteront-ils le film?

Mercredi dernier, la sortie du film The interview, prévue le 25 décembre, avait été annulée par Sony Pictures Entertainment en raison des menaces de représailles qui pesaient contre les cinémas qui présenteraient le film.

Vendredi, Barack Obama avait ensuite condamné la décision de Sony. Le président américain a affirmé que Sony avait commis une « erreur » en retirant le film, tout en confirmant que la Corée du Nord était à l'origine de la cyberattaque.

Les États-Unis envisagent maintenant de replacer la Corée du Nord sur sa liste des États parrainant le terrorisme, a affirmé, dimanche, Barack Obama.

Lundi, le réseau Internet de la Corée du Nord a cessé de fonctionner pendant neuf heures, selon plusieurs experts. Ces derniers ont suggéré que le pays avait été la cible de représailles américaines après la récente attaque informatique contre Sony.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Première de "The Interview"