DIVERTISSEMENT
24/12/2014 10:27 EST | Actualisé 30/12/2014 10:50 EST

«Bye Bye 2014» : la nouvelle Véro

Courtoisie Radio-Canada

Elle est blonde, comme Véronique Cloutier. Elle joue, chante, danse et imite, comme Véronique Cloutier. Et elle s’appelle Véronique….comme, oui, Véronique Cloutier. Nouvelle recrue de l’équipe du Bye Bye, Véronique Claveau a beaucoup de points en commun avec celle qu’elle remplace, et est évidemment comblée d’avoir la chance de relever un défi de cette envergure.

«Je suis habituée avec la formule de revue de fin d’année, explique celle qui, de 2007 à 2013, a brillé dans la rétrospective Revue et corrigée, au Théâtre du Rideau Vert. J’ai fait sept ans sur scène, mais c’est ma première expérience à la télévision, avec des prothèses, une nouvelle équipe de comédiens et d’auteurs… C’est très excitant! C’est de la belle nouveauté.»

Sa douce et lui étant très accaparés par leur tournée Les Morissette, et ne pouvant être de l’aventure du Bye Bye cette année, le producteur Louis Morissette a dû trouver des comédiens pour compléter la joyeuse bande d’artistes qui revisiteront en humour les actualités marquantes des douze derniers mois, le 31 décembre. Laurent Paquin et Pierre Brassard, qui avaient effectué des apparitions l’an dernier, ont donc été appelés en renfort et se sont greffés au noyau dur d’habitués Hélène Bourgeois-Leclerc, Michel Courtemanche et Joël Legendre. Comme visage féminin, le nom de Véronique Claveau s’est vite imposé, la jeune femme s’étant attiré des éloges à maintes reprises au fil des ans, grâce à ses diverses imitations sur les planches du Rideau Vert.

«Louis Morissette et KOTV sont venus me chercher, raconte l’ex star-académicienne, cuvée 2004, dont la dernière expérience régulière devant la caméra remonte à l’émission de variétés Demandes spéciales. J’ai remercié Louis, et il m’a dit : «Ne me remercie pas, je ne te fais pas de fleurs, je te voyais aller depuis quelques années et j’ai confiance en ton talent.» Le simple fait de me faire dire ça m’a convaincue que je suis capable de le faire. Non sans trac, mais je me sens ferrée. La gang est tellement extraordinaire, je sais que je suis bien entourée.»

«Je me pince encore, ajoute Véronique. J’ai du mal à le réaliser. Le Bye Bye fait partie de nos traditions depuis tellement d’années! D’en faire partie, c’est un peu irréel…»

Personnages marquants

Sur le plateau du Bye Bye 2014 – les tournages sont terminés depuis le week-end dernier -Véronique Claveau a retrouvé Joël Legendre, un grand complice, une personne très significative dans son parcours professionnel.

«C’est lui qui m’avait engagée pour Revue et corrigée en 2007, lorsqu’il était metteur en scène, souligne-t-elle. On a fait deux ans ensemble, puis lui a continué son bonhomme de chemin. Il m’avait dirigée, mais on n’avait jamais joué ensemble sur scène. C’est un super beau cadeau de la vie. J’ai beaucoup de plaisir avec Joël, il est agréable à travailler. Avec lui et le reste de l’équipe, c’est du bonbon.»

Ne demandez pas à Véronique Claveau qui elle personnifiera dans nos écrans la veille du jour de l’An, elle n’a le droit de rien révéler. Ne vous enquérez pas non plus de quelle personnalité elle rêve d’interpréter, elle n’en a aucune idée. On sait que ses pastiches de Céline Dion, Sonia Benezra, Michèle Richard et Marie-Mai, entre autres, marqueront les annales du Rideau Vert, mais créera-t-elle dans les décors du Bye Bye d’autres personnages qui imprégneront l’imaginaire des Québécois? Réponse dans quelques jours…

«Chaque fois, j’attends les propositions et je me laisse surprendre. La première fois qu’on m’avait suggéré de faire Sonia Benezra, je ne comprenais pas. Finalement, elle était en moi et je ne le savais pas! »

Pas d’entente à l’amiable

Dans les derniers mois, une toute petite ombre a tempéré le bonheur de Véronique Claveau de joindre les rangs des vedettes du Bye Bye. En juin dernier, La Presse rapportait que la direction du Théâtre du Rideau Vert réclamait à la jeune trentenaire une somme de 16 404$, puisque celle-ci, en acceptant l’offre de KOTV de participer au Bye Bye, brisait le contrat qui les liait ensemble. On lui demandait donc de rembourser le salaire qu’elle aurait empoché si elle avait joué dans la pièce 2014 Revue et corrigée, comme il était prévu depuis avril.

S’il est courant qu’un artiste doive payer une pénalité lorsqu’il se désiste d’un projet et rompt un contrat, il est extrêmement rare que le montant exigé représente la valeur totale de l’entente en cause. Véronique Claveau a donc été déçue qu’on se montre aussi intraitable à son égard.

«J’ai dû payer la totale, admet-elle. 16 404$, six mois d’avance. C’est dommage que ça se soit terminé ainsi, parce que j’avais une super belle relation avec eux. C’est en grande partie grâce au Rideau Vert que j’ai pu acquérir de l’expérience. Et c’est en raison de mes années passées là-bas qu’on m’a appelée pour faire le Bye Bye. J’ai cru qu’il était possible de conclure une entente à l’amiable avec eux mais, finalement, non, ça n’a pas été possible. C’est triste que ça se termine sur cette note, mais c’est une décision qu’ils ont prise, et c’était légal de le faire.»

«J’ai payé ce que j’avais à payer. Maintenant, c’est derrière moi. C’est triste, ce ne sont que des questions d’argent mais, tôt ou tard, ça nous est remis. Je ne suis pas la première ni la dernière à qui ça arrive, et je suis très confiante pour la suite», complète Véronique Claveau, qui compte notamment se consacrer au doublage en 2015. Vous l’ignorez peut-être, mais c’est elle qui a prêté sa voix à la princesse Anna, dans la version française du très populaire film d’animation La reine des neiges. «Beaucoup de parents m’en ont parlé», rigole la principale intéressée.

Hélène Bourgeois-Leclerc : marquée par l’austérité

Hélène Bourgeois-Leclerc, qui en est cette année à son cinquième Bye Bye, a eu l’impression de voir une famille se dissoudre un peu, lorsqu’elle a appris que Véronique Cloutier et Louis Morissette ne seraient pas de la partie pour le Bye Bye 2014. Elle a néanmoins pris plaisir à apprivoiser ses nouveaux collègues Laurent Paquin, Pierre Brassard et Véronique Claveau, et à se familiariser avec les forces et les talents de chacun.

«Il a fallu recréer une chimie, une énergie de gang, précise-t-elle. Mais ce n’est pas difficile d’avoir une belle énergie quand on travaille avec des gens contents, de bonne humeur, heureux d’être là. Ce n’était pas exactement la même chimie, mais on a eu bien du plaisir à tourner quand même.»

D’ailleurs, l’actrice ne craint pas d’avancer une promesse.

«Je pense que le Bye Bye sera vraiment très, très, très bon, laisse-t-elle planer. Les textes sont très forts. C’est baveux, c’est corrosif, c’est drôle…»

Enfin, que retiendra Hélène Bourgeois-Leclerc des manchettes de l’année 2014 ? Sa réponse, directe, n’est précédée d’aucune hésitation lorsqu’on lui pose la question, et est appuyée d’un regard aussi inquiet que désapprobateur.

«L’austérité, lance-t-elle. Que dire de plus? Il y a eu des événements, des personnalités, mais ce qui a teinté l’année 2014, ce sont les mesures d’austérité, qui vont continuer à faire des vagues en 2015 et dans les années suivantes…»

Bye Bye 2014, le mercredi, 31 décembre, à 23h, à Radio-Canada. En rediffusion le jeudi 1er janvier, à 21h.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les sorties du temps des fêtes et du jour de l'an