NOUVELLES
23/12/2014 08:48 EST | Actualisé 22/02/2015 05:12 EST

Un traité majeur pour réglementer la vente d'armes entre en vigueur mercredi

Un traité historique visant à réglementer le commerce international des armes, valant des milliards de dollars, entre en vigueur mercredi, une étape majeure saluée par les Nations Unies et ceux qui veulent que cesse leur vente aux dictateurs, aux terroristes et aux dirigeants qui ne respectent pas les droits de la personne.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a dit mardi que l'entrée en vigueur rapide du traité — moins de deux ans après son adoption par l'Assemblée générale des Nations Unies — reflète l'engagement des États, des organisations internationales et de la société civile «pour faire cesser cette vente d'armes irresponsable».

Le traité requiert des pays qui le ratifient d'établir des règles nationales pour contrôler le transfert des armes conventionnelles et ses composantes, et aussi pour réglementer les courtiers en vente d'armes.

Il prohibe la vente des armes conventionnelles si elle viole un embargo ou encourage des actes de génocide, de crimes de guerre ou contre l'humanité. La vente est aussi interdite si ces armes peuvent être utilisées dans des attaques sur des civils ou des édifices comme des hôpitaux et des écoles.

Jusqu'à maintenant, 60 pays ont ratifié le traité incluant cinq des dix plus importants exportateurs d'armes — la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et la Grande-Bretagne. Alors que 129 autre pays l'ont signé, ils ne l'ont toutefois pas encore ratifié, dont les États-Unis, le plus grand producteur et exportateur d'armes.

Ban Ki-moon demandé à ces pays de le ratifier sans tarder.

Cependant, il y a peu d'espoir de voir une ratification par les États-Unis, car l'acte requiert l'approbation des deux tiers du Sénat. Les républicains, qui vont contrôler cette chambre dès janvier 2015, s'opposent majoritairement aux restrictions sur les fusils et la puissante Nationale Rifle Organisation s'oppose clairement au traité.

Il est estimé que le lucratif marché des armes et des munitions génère entre 60 et 85 milliards $ par année.