NOUVELLES
23/12/2014 07:58 EST | Actualisé 22/02/2015 05:12 EST

Les deux attaques en France ne sont pas liées, affirment les responsables

NANTES, France - Les deux automobilistes qui ont blessé 23 personnes lors d'attaques similaires en France au cours des derniers jours ne sont pas reliés, ont assuré mardi les dirigeants du pays.

Les enquêteurs antiterrorisme se penchent toutefois sur une autre attaque, lors de laquelle un homme armé d'un couteau a blessé des policiers avant d'être tué.

Le premier ministre français Manuel Valls a déclaré à la radio Europe 1 qu'il comprend l'inquiétude de la population face à de tels événements, tout en assurant qu'ils ne sont pas reliés.

M. Valls a néanmoins ajouté que la sécurité sera renforcée dans les lieux publics pour la période des Fêtes.

Dimanche, à Dijon, un homme qui avait été hospitalisé à 157 reprises pour des problèmes psychiatriques depuis 2001 a foncé sur une foule, faisant 13 blessés. L'homme criait «Dieu est grand», mais une procureure assure qu'il n'avait aucune motivation religieuse.

Puis, lundi à Nantes, le conducteur d'une camionnette a fait 10 blessés avant de s'infliger 13 coups de couteau. L'attaque perpétrée dans un marché de Noël semble être l'oeuvre d'un déséquilibré, a dit le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Samedi, un homme a attaqué et blessé trois policiers à coups de couteau à Joue-les-Tours, avant d'être abattu par la police. Son frère a été arrêté le même jour au Burundi, selon un représentant du gouvernement burundais. Les deux frères entretiendraient des liens avec l'Islam radical et se déplaceraient entre les deux pays.