NOUVELLES
23/12/2014 12:58 EST

Le journaliste de guerre Quentin Sommerville inhale de la drogue à son insu et est pris d'un fou rire en plein tournage (VIDÉO)

« Chers abonnés, ça a été une année pleine de balles et de bains de sang. Vous avez bien mérité de rire à mes dépens, pour Noël ». C'est avec cette phrase que Quentin Sommerville, le correspondant de la BBC au Moyen-Orient a tweeté, le lundi 22 décembre, une vidéo intitulée Don't inhale (n'inhalez pas).

Un conseil qu'il aurait peut-être dû suivre à l'époque, où, en pleine enquête sur le trafic de drogues en Afghanistan, il a tenté de s'adresser à la caméra alors qu'un immense tas d'opium, d'héroïne et de hashish brûlait à côté de lui. On se doute de la suite. Le grand reporter, qui en a pourtant vu d'autres, a respiré la fumée et s’est retrouvé incapable de dire son texte, pris d'un fou rire irrépressible.

« Derrière moi se trouvent huit tonnes et demie de narcotiques en train de brûler », commence le journaliste, avant de laisser échapper un gloussement suraigu. Les dernières secondes de la vidéo montrent un Quentin Sommerville hilare, qui implore son caméraman : « Vite, vite, juste une dernière phrase » ... sans succès, le journaliste n'étant de toute évidence plus en état.

La vidéo a été filmée il y a quatre ans et n'avait encore jamais été diffusée, affirme un représentant de la BBC au Telegraph. Elle a depuis été retirée de Twitter pour des raisons de droit d’auteur. Devant son succès, des internautes l'ont toutefois rapidement publiée ailleurs.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les drogues les plus populaires en 2014 (selon le Global Drug Survey)