NOUVELLES
22/12/2014 12:22 EST | Actualisé 21/02/2015 05:12 EST

La boxe québécoise aura fait beaucoup de bruit pour rien tout au long de 2014

MONTRÉAL - Tandis qu'elle s'annonçait haute en couleurs avec le combat opposant Jean Pascal à Lucian Bute pour lancer les hostilités, l'année 2014 s'est avérée bien décevante pour la boxe québécoise.

Cette année aura été marquée par les déceptions, les occasions ratées et les interminables prises de bec sur Twitter, où les meilleurs coups auront finalement été échangés.

Après le tant attendu mais extrêmement décevant duel Pascal-Bute, le premier ne s'est pour ainsi dire plus battu en 2014, tandis que le second a été littéralement tenu hors du ring. Bute a également mis fin à son association de longue date avec son entraîneur Stéphan Larouche et son avenir semble plus nébuleux que jamais. Pascal (29-2-1, 17 K.-O.) a quant à lui passé la majeure partie de l'année à échanger des piques avec Adonis Stevenson (25-1-0, 21 K.-O.) sur Twitter, avant de quitter le Groupe Yvon Michel pour se retrouver chez InterBox.

Unique champion du monde québécois en début d'année, Stevenson a signé une lucrative association avec le réputé gérant américain Al Haymon en début d'année. Mais depuis, sa carrière semble faire du surplace et après une année 2013 fort occupée, Stevenson ne s'est battu que deux fois, contre des adversaires de deuxième ordre, dont un qui a failli le surprendre.

Tout n'a pas été que déception au cours de cette 'annus horibilis'. Le poids lourd Bermane Stiverne (24-1-1, 21 K.-O.) est devenu champion du monde et Eye of the Tiger Management (EOTTM) a poursuivi son ascension sur la scène mondiale. Mais même le groupe de Camille Estephan n'a pas échappé à la guigne au cours de cette difficile année, alors que l'un de ses plus beaux espoirs — Dierry Jean (27-1-0, 19 K.-O.) — s'est retrouvé en cure de désintoxication et que son joyau, David Lemieux (33-2-0, 31 K.-O.), pourrait faire face à la justice.

Pascal-Stevenson: match nul... sur Twitter

Après avoir battu un Bute (31-2-0, 24 K.-O.) sans lustre en janvier, Pascal est devenu l'aspirant obligatoire au titre WBC — qu'il a déjà détenu — de Stevenson. Pour Yvon Michel, président de GYM, il s'agissait alors d'une position stratégique lui assurant la mainmise sur le titre. Mais il n'en a rien été pour Pascal. Ce dernier a réclamé sans cesse ce combat, abandonnant même un duel face à Tavoris Cloud (il sera remplacé par Artur Beterbiev) pour espérer l'affronter.

Face aux refus constants de Stevenson et de GYM, Pascal a décidé de verser son fiel sur les réseaux sociaux. S'en suivront alors d'interminables échanges acrimonieux, notamment sur Twitter, où les deux boxeurs ont déployé beaucoup d'énergie à s'insulter l'un et l'autre.

Pascal a jeté encore un peu d'huile sur le feu en quittant GYM pour signer un contrat avec InterBox.

Après 11 mois d'inactivité, Pascal a dû se résigner à affronter Donovan George, un combattant de deuxième ordre. Sauf que ce combat n'a jamais eu lieu. Devant assuré la demi-finale du gala Bute-Roberto Bolonti, Pascal s'est plutôt retrouvé catapulté en finale contre Bolonti après la blessure de Bute et le refus de George d'honorer son contrat. Le combat s'est terminé dans le tumulte: après avoir atteint Bolonti d'une droite sans conviction après que l'arbitre eut demandé le bris, l'Argentin ne s'est pas relevé, provoquant un non-lieu.

Pascal aura l'occasion de se reprendre en mars, alors qu'il affrontera le redoutable Sergey Kovalev pour les titres IBF, WBA et WBO.

Autre année à oublier pour Bute

Après avoir été contraint à l'inactivité par une blessure à la main gauche en 2013, Bute a de nouveau connu une année difficile en 2014.

Après sa défaite sans équivoque face à Pascal, Bute a dû prendre du recul afin de se refaire une santé, physique et mentale. Sa réflexion lui a fait remettre en question son association de longue date avec Larouche.

À l'été, un Bute revigoré a annoncé en grande pompe son association avec le réputé entraîneur Freddie Roach. Mais en camp d'entraînement aux Philippines avec Manny Pacquiao — un protégé de Roach — Bute a subi une blessure nébuleuse, qui l'a forcé à renoncer à son unique combat de l'année, face à Bolonti.

Stevenson mal conseillé?

Alors qu'on aurait pu la croire bénéfique, l'association du champion WBC des mi-lourds avec Haymon semble avoir jusqu'ici mis un frein à sa carrière. Après avoir abandonné un combat contre Kovalev pour courtiser Bernard Hopkins, Stevenson, GYM et Haymon ont été poursuivis pour bris de contrat par Kathy Duva (Main Events), gérante de Kovalev. Elle n'a abandonné les procédures que lorsque Hopkins et Kovalev ont signé un contrat pour un combat d'unification, remporté par Kovalev.

Sans possibilité d'affronter Kovalev et avec Hopkins qui ne représente plus une cible intéressante pour Stevenson, le Québécois d'origine haïtienne s'est retrouvé avec des adversaires de second plan en Andrzej Fonfara et Dmitriy Sukhotskiy. S'il a vaincu ces deux adversaires, il a tout de même failli être surpris par Fonfara, tandis que son combat contre Sukhotskiy a été si en deçà des attentes que certains spectateurs ont quitté le Colisée de Québec avant la fin.

Stevenson aurait maintenant une entente pour affronter en septembre le vainqueur du duel entre Pascal et Kovalev, mais beaucoup d'eau coulera sous les ponts d'ici ce temps. Qui affrontera-t-il en attendant?

EOTTM toujours en ascension, mais...

Grâce à Stiverne et David Lemieux, EOTTM a poursuivi sa progression. Stiverne a mis la main sur le titre vacant du WBC en battant pour la deuxième fois Chris Arreola. Il défendra ce titre pour une première fois au début janvier, contre le redoutable Deontay Wilder, auteur de 32 K.-O. en autant de combats.

Lemieux a de son côté poursuivi sa progression dans les classements et surtout, il a attisé l'intérêt des grands réseaux américains grâce à une spectaculaire victoire par K.-O. face à Gabriel Rosado à Brooklyn, en décembre. Son nom fait maintenant partie des discussions pour un titre mondial chez les poids moyens.

Le Québécois a aussi fait parler de lui à l'extérieur du ring, puisqu'il fait face à des accusations de voies de fait. Jumelé au retrait de la compétition pour un certain temps de Jean, l'année se termine sur une note plutôt amère pour EOTTM.