NOUVELLES
20/12/2014 04:04 EST | Actualisé 19/02/2015 05:12 EST

Espagne: Manifestations contre un projet de loi sur la sécurité publique

MADRID - Des milliers de personnes ont manifesté dans plusieurs villes espagnoles pour contester un projet de loi qui interdirait notamment de brûler le drapeau de l'Espagne et même de manifester à l'extérieur des édifices du Parlement. La Loi sur la sécurité publique imposerait des amendes salées aux contrevenants.

Le projet de loi a été approuvé par une des chambres du Parlement la semaine dernière et il devrait recevoir sans problème la sanction du Sénat — aussi contrôlé par le gouvernement — au cours du mois prochain. Les partis d'opposition et des organisations pour les droits de la personne ont vivement critiqué le gouvernement conservateur qui voudrait, selon eux, étouffer les contestations contre sa gestion de la crise financière.

Samedi, des milliers de contestataires ont marché dans les rues de Barcelone, Bilbao et Madrid. Des rassemblements plus modestes ont eu lieu dans les villes d'Almería, Grenade et Valence. Les manifestations, qui se sont entremêlées dans certaines villes à la foule de consommateurs qui choisissaient leurs cadeaux de Noël, se sont déroulées pacifiquement.

À Madrid, des photographes de la presse ont toutefois été forcés de présenter leurs pièces d'identité.

Si elle est adoptée, la loi, que ses détracteurs qualifient de «bâillon», permettrait l'imposition d'une amende allant jusqu'à 745 000 $ US à tous les manifestants qui troubleraient la paix lors de rassemblements près du Parlement ou d'édifices publics.

Les militants qui distribueraient des images de policiers jugés dangereux pour eux pourraient se retrouver à payer jusqu'à 37 000 $. Les manifestants qui insulteraient les agents de police écoperaient quant à eux d'une contravention de 745 $.

Brûler le drapeau espagnol entraînerait une amende de 37 000 $.

D'autres mesures du projet de loi suscitent la controverse, notamment concernant la permission d'expulser des migrants qui se rendent dans les enclaves de Ceuta et Melilla, près de l'Afrique du Nord.