NOUVELLES
19/12/2014 09:01 EST | Actualisé 18/02/2015 05:12 EST

Londres veut permettre aux femmes de l'armée d'aller au combat

LONDRES - Les femmes devraient pouvoir servir sur les lignes de front dans les unités de combat de l'armée, a déclaré vendredi le ministre britannique de la Défense, et il souhaite que cela soit possible d'ici deux ans.

Les rôles dans les forces armées «devraient être déterminées par les compétences, et non par le genre», a indiqué Michael Fallon.

M. Fallon a commandé une évaluation d'une durée de 18 mois des exigences physiques du combat et de l'entraînement au combat, afin de s'assurer que la santé des soldates ne souffrirait pas d'effets indésirables à long terme.

Il espère que les postes de combat pourront être ouverts aux femmes en 2016, une fois les études sur l'entraînement et l'équipement complétées.

Alison Baskerville, une photographe de guerre pour l'aviation royale britannique qui a été déployée en Irak et en Afghanistan, considère cette initiative comme un pas vers l'avant. L'ancienne officière Ashley Merry a toutefois soulevé que les femmes participaient déjà à des opérations au front et que cette initiative du gouvernement n'était que «politiquement correcte».

Le soutien de M. Fallon aux femmes dans l'armée survient après qu'un rapport commandé par le gouvernement eut suggéré de changer les politiques qui empêchent les femmes d'aller au combat, et de leur donner des responsabilités plus poussées dans d'autres aspects de la vie militaire.

Les femmes peuvent déjà occuper des postes de pilotes de combats, de marins et de sous-mariniers, mais elles ne peuvent servir dans l'infanterie ou les corps blindés, dont le rôle principal est dans les combats rapprochés.

Le Canada permet déjà aux femmes d'aller au front, tout comme les États-Unis, l'Australie et Israël.