NOUVELLES
18/12/2014 05:11 EST | Actualisé 17/02/2015 05:12 EST

Le tiers seulement des donneurs d'organes potentiels ont été identifiés

TORONTO - Un nouveau rapport révèle que les deux tiers des Canadiens décédés admissibles au don d'organes ne sont pas parvenus à la fin du processus complexe de don qui permettrait de venir en aide à des milliers de compatriotes en attente d'une greffe.

Le rapport de l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) indique qu'il pourrait y avoir plus de donneurs parmi les patients décédés de plus de 60 ans et ceux ayant subi des dommages cérébraux irréversibles et ayant été déclarés morts.

La directrice en analyse du système de santé de l'ICIS, Kathleen Morris, affirme que le don d'organes est un processus complexe qui consiste à trouver les donneurs potentiels, obtenir le consentement de la famille et prélever les organes au moment du décès.

Le Québec est la province présentant le plus haut taux de dons d'organes chez les patients décédés admissibles, soit 21 pour cent. Les provinces des Prairies affichent les taux les plus faibles, soit de 10 à 11 pour cent.

Le Québec est par ailleurs la province ayant accepté le plus fort pourcentage de donneurs âgés de plus de 60 ans, tandis que les Prairies se classent encore une fois dans le bas de la liste pour ces donneurs.

L'étude de l'ICIS précise que chaque donneur décédé fournit en moyenne trois organes, ce qui signifie que près de 4000 reins, foies et autres organes auraient pu être disponibles pour une greffe si les donneurs potentiels avaient été mieux identifiés.

Le docteur Sam Shemie, de l'Hôpital de Montréal pour enfants, conseiller de premier plan dans le cadre de l'étude, affirme que le rapport «montre clairement que les provinces et territoires, malgré les améliorations apportées, devront investir davantage et combiner leurs efforts pour répondre à la demande cruciale d'organes».

M. Shemie ajoute qu'aucun Canadien ne devrait mourir dans l'attente d'une greffe parce que les donneurs n'ont pas été bien identifiés par le système de santé.