NOUVELLES
17/12/2014 05:01 EST | Actualisé 16/02/2015 05:12 EST

Rénovations des députés: Coiteux évaluera la nécessité de changer les normes

QUÉBEC - Un rapport sur les déménagements et rénovations dans les bureaux de députés servira à déterminer si les normes doivent être changées, a déclaré mercredi le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux.

M. Coiteux a affirmé que les questions soulevées au cours des derniers jours, concernant notamment les dépenses du ministre délégué aux Transports, Jean D'Amour, l'ont incité à demander des informations à la Société québécoise des infrastructures (SQI).

Avec ce portrait d'ensemble de la situation, M. Coiteux évaluera dans quelle mesure les travaux effectués au cours des dernières années correspondent aux normes en vigueur.

«C'est un petit peu plus qu'une liste, a-t-il dit. Je veux voir quel type de travaux ont été effectués au cours des dernières années, voir dans quelle mesure ça correspond aux normes qui sont en vigueur et quels sont les coûts de ces opérations. Il y a eu des questions qui ont été posées au cours des derniers jours, au cours des dernières semaines, donc je veux avoir le portrait de l'ensemble de la situation.»

Dans les cas où certaines normes seraient jugées trop coûteuses, des changements pourraient être jugés nécessaires, a esquissé le ministre, à sa sortie du conseil des ministres.

«Quand on me fera rapport, je verrai si j'ai des raisons d'être surpris, a-t-il dit. Peut-être que je n'aurai aucune raison d'être surpris. Il y a des questions d'accessibilité, de sécurité, il y a des normes qui s'appliquent. Des fois, si on a certaines normes et qu'on les trouve coûteuses, peut-être que ce sera l'occasion de réfléchir à comment on devra faire les choses pour la suite.»

M. Coiteux n'a pas pu se prononcer sur le respect des normes concernant la somme de 278 000 $ engagée pour des travaux de finition et d'aménagement du local de 2700 pieds carrés loué cet automne pour 4500 $ par mois par M. D'Amour dans sa circonscription de Rivière-du-Loup.

«Il n'y a pas d'a priori, j'attends qu'on me fasse rapport, a-t-il dit. Ce sont les questions que j'ai posées.»

Le cabinet de M. Coiteux a indiqué qu'une rencontre était prévue à ce sujet cette semaine entre le ministre et le président de la SQI, Luc Meunier. La SQI, qui agit comme mandataire dans ces dossiers, notamment pour signer les baux avec les propriétaires des locaux des députés, relève du Conseil du trésor.

Mercredi, M. Coiteux n'a pas précisé l'ampleur de la période pour laquelle il a demandé un rapport, se limitant à parler de «quelques années».

«Si on voit un problème général, présent depuis des années, nous allons proposer des solutions si nécessaire», a répondu M. Coiteux à une question en anglais.