NOUVELLES
15/12/2014 01:01 EST | Actualisé 14/02/2015 05:12 EST

Secteur public: Québec offre 3 pour cent d'augmentation salariale en 5 ans

QUÉBEC - Un affrontement semble inévitable entre le gouvernement et ses employés, alors qu'un gouffre sépare les demandes syndicales des offres salariales présentées lundi par le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux.

Québec offre à ses employés trois pour cent d'augmentation de leur rémunération au cours des cinq prochaines années.

La hausse serait répartie ainsi: gel des salaires les deux premières années et un pour cent d'augmentation durant les trois années subséquentes. L'impact supplémentaire sur le trésor public est évalué à 1,2 milliard $.

Le front commun intersyndical, qui exige un rattrapage salarial, réclame plutôt 13,5 pour cent d'augmentation étalée sur trois ans.

Le processus de négociations qui s'amorce s'annonce donc ardu.

Avant même la conférence de presse de M. Coiteux, les porte-parole syndicaux multipliaient les images fortes pour exprimer toute leur indignation. Les offres gouvernementales, ce sont «cinq pages de mépris» envers les travailleurs de l'État, a commenté en point de presse le porte-parole de la Fédération autonome de l'enseignement (FAE), Sylvain Mallette.

Les conventions collectives des 541 000 employés des secteurs public et parapublic de l'État viennent à échéance le 31 mars 2015. En vertu des conventions collectives actuelles, les employés de l'État recevront aussi, comme prévu, une augmentation de salaire de 1 pour cent, à compter du 1er avril.

Aux yeux du gouvernement, le retour à l'équilibre budgétaire demeure incontournable, et il passe par un contrôle serré des dépenses gouvernementales, dont 60 pour cent du total est consacré à la rémunération des employés, a rappelé le ministre Coiteux en conférence de presse.

Québec a calculé que les demandes syndicales équivalaient à alourdir le fardeau de l'État de 10,8 milliards $ en trois ans, un luxe que le Québec n'a pas les moyens de s'offrir, selon le ministre Coiteux.

Il rappelle qu'à ses yeux les conditions de travail actuelles des fonctionnaires sont «excellentes».

Un des aspects de l'offre patronale risque de faire réagir particulièrement les syndiqués: Québec va revoir le régime de retraite de ses employés (RREGOP), qui deviendra moins avantageux. L'âge de la retraite sans pénalité passera de 60 à 62 ans. La période de référence servant à établir la rente de retraite passera de cinq à huit ans.

Après avoir écorché les syndicats d'employés municipaux, avec le projet de loi 3 qui revoyait leurs régimes de retraite, Québec cherchera donc à s'en prendre à celui de ses propres employés, une hérésie aux yeux des centrales syndicales.

Elles croient que le but véritable du gouvernement consiste à amener le plus grand nombre à quitter le navire au plus tôt. On pousse les gens à la retraite, a fait valoir la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Régine Laurent, en rejetant la nouvelle méthode privilégiée pour calculer la rente de retraite d'un employé.

«Le message, c'est: fuyez! Parce que si vous restez, ça va coûter beaucoup plus cher pour travailler. La victoire est dans la fuite», selon sa perception de la position patronale.

«Ce n'est pas le but», a répliqué le président du Conseil du trésor.

Dans les jours qui viennent, suivront les offres sectorielles. Québec annoncera diverses mesures visant à revoir l'organisation du travail dans la fonction publique comme telle, mais aussi dans les commissions scolaires, les cégeps et le réseau de la santé et des services sociaux. Le but: épargner encore plus de fonds publics en obtenant plus de «flexibilité» de la part des employés.

«La gestion des ressources humaines doit présenter plus de flexibilité et plus de souplesse qu’elle ne le fait actuellement. Il faut absolument innover sur ces aspects si l’on souhaite se doter d’un État du 21e siècle. C’est incontournable et c’est pourquoi ces négociations sont importantes», a fait valoir M. Coiteux.

Malgré des offres rejetées d'emblée par les syndicats, M. Coiteux a dit espérer éviter un affrontement avec eux.

Les propositions du gouvernement sont «raisonnables» et tiennent compte du contexte des finances publiques, selon M. Coiteux qui espère voir les porte-parole syndicaux faire preuve de «responsabilité». Il a bon espoir d'en arriver à une entente négociée.

Sylvain Mallette, de la FAE, a résumé en une phrase-choc le fait que Québec ait choisi de présenter ses offres à la mi-décembre: «Le Père Noël est une ordure», a-t-il jugé.

«Si on avait moins pris le gouvernement pour un Père Noël dans le passé, je pense qu'on ne serait peut-être pas dans la situation dans laquelle on est aujourd'hui. Il faut voir l'État comme l'affaire de tous», a répliqué M. Coiteux au leader syndical.