NOUVELLES
12/12/2014 01:55 EST | Actualisé 11/02/2015 05:12 EST

Italie: des manifestations contre les réformes économiques dans 50 villes

MILAN - Des centaines de milliers de travailleurs ont marché dans les rues de plus de 50 villes italiennes, vendredi, afin de protester contre les réformes de l'emploi du gouvernement.

Des manifestants antigouvernement non liés à des syndicats ont aussi affronté la police dans quelques villes, dont Milan, où des étudiants déguisés en père Noël ont sauté la clôture d'un immeuble à bureaux du gouvernement et ont lancé des bouteilles et d'autres objets. Selon les autorités, 11 agents ont été blessés.

La grève générale, qui a entraîné la fermeture de services de base à travers l'Italie, a été déclenchée par deux des syndicats les plus importants qui s'opposent au gouvernement de centre-gauche, qui a pourtant toujours su s'entendre avec les syndicats. La grève a provoqué des problèmes dans le réseau de transport par train et autobus, dans les ports, les écoles et d'autres services.

Le premier ministre, Matteo Renzi, a déclaré que le droit de manifester devait être protégé, mais il a maintenu que les mesures entreprises par son gouvernement étaient nécessaires pour ramener la croissance économique et créer des emplois.

Des membres de son propre parti se sont joints à des marches, démontrant la discorde qui règne au sein du Parti démocratique. Stefano Fassina, un ancien ministre adjoint des finances, a affirmé à la chaîne d'information télévisée Sky TG24 qu'il était important que quelqu'un du parti marche avec les travailleurs.

Les syndicats s'opposent à différentes coupes budgétaires et à des changements aux règles du marché de l'emploi, qui faciliterait le congédiement des employés par les compagnies. M. Renzi espère que ces mesures attireront les investisseurs étrangers.