NOUVELLES
11/12/2014 04:10 EST | Actualisé 09/02/2015 05:12 EST

Hong Kong: la police démantèle le camp principal des manifestants

HONG KONG - Les dirigeants de Hong Kong ont démantelé jeudi le campement qui se trouvait au coeur des manifestations prodémocratie qui secouent la ville depuis deux mois et demi, mais plusieurs des manifestants arrêtés ont promis que leur combat n'est pas terminé.

Des centaines de policiers munis de tronçonneuses et de coupe-boulons ont méthodiquement démantelé des barricades, arraché des toiles et retiré des bannières pendant toute la journée, afin d'effacer le vaste campement qui avait été érigé sur une autoroute normalement très achalandée.

La police rapporte l'arrestation de 209 personnes pour attroupement illégal et entrave au travail des policiers.

L'opération s'est déroulée de manière pacifique, sans les affrontements violents qui ont marqué d'autres interventions de la police. La circulation automobile avait repris en milieu de soirée dans le secteur.

Les manifestants occupaient trois campements depuis le 28 septembre. Ils réclament des mises en candidature libres en vue des élections de 2017, et non uniquement des candidats entérinés par un comité proche de Pékin.

Des centaines de manifestants avaient déjà quitté les lieux, en réponse aux avertissements de la police, pour éviter d'être arrêtés. Mais des dizaines d'étudiants, de parlementaires prodémocratie et autres étaient toujours assis sur le pavé quand les policiers sont arrivés.

Ils ont scandé «Je veux une démocratie véritable» et «Nous reviendrons» , mais n'ont offert aucune résistance au moment d'être emmenés. Plusieurs ont été carrément soulevés du sol par les policiers.

Le baron de la presse prodémocratie Jimmy Lai, la chanteuse pop Denise Ho, le militant prodémocratie de longue date Martin Lee et des parlementaires prodémocratie comme Albert Ho comptent parmi les personnes qui ont été arrêtées, tout comme plusieurs leaders de la Fédération étudiante de Hong Kong.

Le campement du quartier ouvrier de Mong Kok avait été démantelé le mois dernier. Le dernier campement, celui du quartier de Causeway Bay, est le plus petit des trois. Il demeure intact pour l'instant, mais les policiers ont promis qu'il subira le même sort que les autres.

Les manifestants ont prévenu que leur campagne de désobéissance civile n'est pas terminée.

«Le peuple reviendra, il reviendra plus fort que jamais», a dit Alex Chow, le secrétaire général de la Fédération étudiante de Hong Kong.

Les parlementaires prodémocratie comptent quant à eux faire pression sur le gouvernement en bloquant les demandes de financement et en faisant obstruction à la réforme électorale.

«Un dialogue sera seulement possible quand nous voterons contre les prochaines réformes politiques», a lancé le parlementaire prodémocratie Lee Cheuk-yan, qui fut le dernier à être arrêté.

Au moins 20 camions à ordures avaient été mobilisés pour emporter les débris du campement.