NOUVELLES
10/12/2014 05:47 EST | Actualisé 09/02/2015 05:12 EST

Detroit sort formellement de la faillite et espère repartir à neuf

DÉTROIT - Detroit sort formellement de la faillite, marquant la fin du cas municipal le plus imposant de l'histoire des États-Unis, les autorités espérant des jours meilleurs et promettant de profiter de ce nouveau départ.

Le gouverneur du Michigan, Rick Snyder, a annoncé mercredi que les documents requis devaient être approuvés plus tard dans la journée, et que la faillite prendrait fin officiellement à 00h01, jeudi. Il a remercié le gestionnaire d'urgence ayant implanté un budget de deux ans qui a permis d'éliminer 7 milliards $ en dettes de la Ville.

Malgré la fin de la faillite, Detroit doit encore travailler avec une commission financière d'examen sur ses budgets et ses dépenses. La Ville doit aussi tenter de renverser des décennies de déclin de la population en attirant de nouveaux résidents et en créant des emplois.

Le maire, Mike Duggan, a fait état de «défis immenses» dans la délivrance quotidienne de services. Faisant valoir que la Ville avait l'occasion de repartir à neuf, il a affirmé que son administration allait faire tout ce qui est possible pour «livrer le genre de services auxquels les gens sont en droit de s'attendre».

Le gestionnaire d'urgence de la Ville, Kevyn Orr, a eu des pouvoirs extraordinaires sur le gouvernement de Detroit pendant 18 mois avant de les rendre en grande partie à M. Duggan en septembre. Le gouverneur avait embauché M. Orr en mars 2013 pour administrer les finances de Detroit. Celui-ci a déposé la requête de mise en faillite en juillet 2013 pour tenter de combattre des décennies de déclin de population, une perte chronique de revenus fiscaux et des tonnes de dettes.

Le mois dernier, le juge fédéral Steven Rhodes a approuvé le plan de restructuration de 7 milliards $ sur une dette totale de 12 milliards $.

Le plan prévoit 1,7 milliard $ en économies et revenus sur dix ans pour améliorer les services municipaux. Environ 440 millions $ de cette somme seront utilisés pour freiner la dégénérescence urbaine et aider à la démolition de plus de 40 000 maisons abandonnées dans certains quartiers. Quelque 430 millions $ sont promis pour l'amélioration des services de police et de pompiers, et des temps de réponse au 9-1-1. Detroit a été critiquée pour un temps de réaction de la police parmi les plus lents au pays.

Certains retraités verront aussi leurs prestations de retraite réduites de 4,5 pour cent. L'impact sur les retraités aurait pu être encore plus imposant sans les 800 millions $ promis par des fondations, de grandes entreprises et l'État du Michigan.