NOUVELLES
09/12/2014 06:29 EST | Actualisé 08/02/2015 05:12 EST

Stephen Harper tente de se distancer de la charte des vétérans

OTTAWA - La Nouvelle Charte des vétérans — le programme si défendu par les conservateurs depuis 2006 — est soudainement devenue une politique «libérale» aux yeux du premier ministre Stephen Harper.

L'opposition a continué mardi de réclamer la démission du ministre des Anciens Combattants, Julian Fantino. Celui-ci a évité de répondre aux questions mardi, laissant le premier ministre voler à son secours.

M. Harper a tenté de se distancer de la charte, voulant ainsi protéger politiquement son gouvernement contre une action collective intentée par des vétérans en Colombie-Britannique. Ces derniers soutiennent que la charte est discriminatoire envers les militaires de l'époque contemporaine.

Le premier ministre a blâmé les libéraux pour les ratés du programme. Il a déclaré que l'action collective est «une cause judiciaire contre l'ancienne politique des libéraux». Il a aussi dit que son gouvernement avait investi 5 milliards $ de plus que ce qu'avait prévu l'ancien gouvernement libéral pour améliorer les prestations et services pour les vétérans, ajoutant que les libéraux se sont toujours opposés à ces mesures.

La charte a été élaborée et adoptée par le gouvernement de Paul Martin avec l'appui de tous les partis. La mesure a été mise en vigueur par le gouvernement minoritaire conservateur en 2006. M. Harper avait alors applaudi l'entrée de vigueur de la charte.

L'opposition n'en a pas cru ses oreilles d'entendre le désaveu partiel du premier ministre.

«C'est incroyable, a lancé le porte-parole du NPD pour les Anciens Combattants, Peter Stoffer. (Les conservateurs) refusent d'en prendre la responsabilité. Ils nous trompent ou ils nous mentent carrément.»

La semaine dernière, un avocat fédéral a tenté d'appliquer ce qui semble être la nouvelle stratégie conservatrice en affirmant que les gouvernements — actuel et futurs — ne pouvaient être liés aux promesses politiques des administrations précédentes.