POLITIQUE
28/10/2014 11:15 EDT | Actualisé 28/10/2014 11:15 EDT

Souveraineté de l'Arctique: Ottawa aurait sous-évalué le prix d'achat de brise-glaces armés

IPGGutenbergUKLtd via Getty Images

Le budget que le gouvernement Harper a prévu pour la construction de patrouilleurs extracôtiers et de l'Arctique ne lui permettrait pas d'acquérir le nombre de navires prévus, selon une étude du directeur parlementaire du budget.

Selon l'analyse de faisabilité commandée par le député du NPD Jack Harris et la libérale Joyce Murray, les 2,8 milliards de dollars prévus par Ottawa ne permettraient de construire que quatre navires tout au plus. Et cela, si aucun retard ne vient perturber l'échéancier, prévient le bureau de Jean-Denis Fréchette, directeur parlementaire du budget (DPB).

Or, avec cette somme, Ottawa projetait de construire six à huit patrouilleurs capables de naviguer dans les mers arctiques envahies par les glaces et d'y maintenir la souveraineté canadienne.

À ces 2,8 milliards s'ajoute un budget de 274 millions de dollars pour l'amélioration des quais des bases d'Esquimalt, Halifax et Nanisivik, au Nunavut, ainsi que 7 millions pour la construction de ports capables d'accueillir ces nouveaux brise-glaces armés. Ce qui porte à 3,1 milliards de dollars le budget total du projet.

« L'analyse du DPB laisse à penser que le budget actuel sera insuffisant pour acquérir les six à huit navires de patrouille extracôtiers et de l'Arctique prévus. Il est plus probable que, si le projet ne connaît pas de retard, le budget actuel ne permette de construire que quatre navires. »

— Extrait du rapport du directeur parlementaire du budget

« Cependant, prévient le DPB, tout retard de plus d'un an aurait pour répercussion que le budget ne serait plus suffisant que pour construire trois navires. Tout retard peut donc avoir d'importantes répercussions sur la capacité d'achat du gouvernement, ainsi que sur d'autres projets en aval, tels que celui du navire de combat de surface canadien », note le directeur parlementaire du budget dans son rapport.

Selon ses estimations, le gouvernement canadien devra débourser au moins 470 millions de dollars de plus dans ce projet pour faire l'acquisition de six navires. Pour en acquérir huit, Ottawa devrait débourser au total plus de 4 milliards de dollars.

Renforcer la présence canadienne dans l'Arctique

C'est en juillet 2007 que le gouvernement du Canada a annoncé son intention de se doter de six à huit brise-glaces armés pour assurer la surveillance maritime de l'Arctique dont la souveraineté est actuellement convoitée par plusieurs pays, dont la Russie.

À l'origine, le gouvernement projetait d'établir une base navale permanente et opérationnelle toute l'année à Nanisivik. Ottawa a décidé par la suite d'en faire une escale de ravitaillement, où du personnel serait acheminé au besoin.

Le rapport du directeur parlementaire du budget n'est pas contraignant pour le gouvernement Harper. Il constitue en quelque sorte un avis indépendant dont le gouvernement peut s'inspirer pour corriger le tir ou encore ignorer.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo La mine de diamants Diavik, dans l'Arctique canadien Voyez les images