NOUVELLES
28/10/2014 07:31 EDT | Actualisé 28/10/2014 07:32 EDT

Les cols bleus de Québec prendront part au «grand dérangement»

Radio-Canada

Les cols bleus de Québec octroient un mandat à leur syndicat pour la tenue de moyens de pression pouvant aller jusqu'à la grève pour contester le projet de loi 3 sur les régimes de retraite. Le vote s'est déroulé à main levée .

Les cols bleus de la ville de Québec prendront donc part au « grand dérangement » de 24 heures de la Coalition syndicale pour la libre négociation, dont la date n'est pas encore connue. Seulement 150 employés municipaux ont pris part au vote lundi, sur une possibilité de 1200 membres. Tous ont voté en faveur de leur participation aux moyens de pression, sauf une abstention.

Le débrayage des cols bleus serait nécessairement illégal puisqu'ils ont signé une convention collective jusqu'en 2018. Le président du Syndicat des employés manuels de la Ville de Québec, Daniel Simard, croit toutefois que le geste en vaut la chandelle.

« C'est sûr que c'est dans l'illégalité, mais c'est aussi illégal ce que le gouvernement fait. Le gouvernement passe les lois. Moi, je ne peux pas en passer des lois. Si j'en passais une, c'est sûr et certain qu'elle ne toucherait pas à l'indexation et aux déficits passés », a-t-il fait savoir.

Plusieurs syndiqués présents lors du vote de lundi ont affirmé en vouloir au gouvernement de revenir sur le partage des déficits passés des régimes de retraite.

« Des conventions qui ont été négociées qui ont été acceptées par les deux partis et qu'il (le gouvernement) se revire de bord, et qui s'en vient nous jouer dans des déficits qu'eux autres ont créés, ce n'est pas correct », a dit l'un d'eux à la sortie de la rencontre.

Les cols blancs de Québec voteront aujourd'hui sur leur participation aux moyens de pression du « grand dérangement ».

Galerie photo Manifestation contre le projet de loi 3 Voyez les images