Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Zehaf Bibeau a utilisé un fusil de chasse, très lent à réagir à la riposte

OTTAWA - Le fait que Michael Zehaf Bibeau ait utilisé à Ottawa un vieux modèle de carabine à levier, qui prend du temps à recharger, signifie que son funeste projet avait été bien mal planifié, ou qu'il s'agissait d'un attentat-suicide, estiment des experts en armes à feu.

Ou encore que Zehaf Bibeau a tout simplement subtilisé une vieille arme qui était accrochée sur un mur, quelque-part.

La Gendarmerie royale du Canada a indiqué jeudi que l'origine de ce fusil de chasse .30-30 Winchester constitue le point central de son enquête sur l'assassinat du caporal Nathan Cirillo, qui montait la garde mercredi matin devant le Monument commémoratif de guerre du Canada, à Ottawa.

Les policiers ont par ailleurs rappelé que Zehaf Bibeau ne pouvait posséder d'armes après des condamnations pour des crimes liés, notamment, aux stupéfiants.

Des experts en armes à feu estiment que le modèle de fusil utilisé à Ottawa, qu'on a vu souvent dans des westerns hollywoodiens à la John Wayne, est plus indiqué pour chasser le coyote que pour survivre à une confrontation avec la police.

Curtis Rutt, ancien entraîneur de tir pour la police, explique qu'il est bien difficile de manier efficacement une carabine de calibre .30 en situation de stress, puisqu'on doit rabaisser le levier après chaque coup, qu'on ne peut charger que sept cartouches à la fois, et qu'on doit recharger ensuite le fusil une cartouche après l'autre.

L'ex-sergent Rutt a d'ailleurs été surpris d'apprendre plus tard que l'arme utilisée par Zehaf Bibeau était une carabine Winchester, qu'on ne songerait pourtant pas à choisir pour une fusillade, a-t-il dit.

INOLTRE SU HUFFPOST

Fusillade à Ottawa

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.