NOUVELLES
24/10/2014 09:35 EDT | Actualisé 24/12/2014 05:12 EST

Ebola: l'OMS pourrait tester cinq nouveaux vaccins en mars

LONDRES - Des millions de doses de deux vaccins expérimentaux contre le virus Ebola pourraient être prêtes en 2015, et cinq autres nouveaux vaccins seront testés à compter du mois de mars, a indiqué vendredi l'Organisation mondiale de la Santé.

L'agence onusienne a toutefois prévenu qu'on ne sait rien de l'efficacité potentielle de ces vaccins face à un virus qui a déjà fait plus de 4800 morts.

Une dirigeante de l'OMS, la docteure Marie-Paule Kieny, a expliqué aux journalistes que des millions de doses d'un vaccin contre l'Ebola pourraient être prêtes en 2015, si les tests en cours démontrent que deux vaccins — dont un développé au Canada — sont efficaces et sécuritaires. Les essais cliniques des vaccins expérimentaux les plus avancés ont déjà débuté.

Si ces essais sont concluants, des essais plus vastes mettant les vaccins à l'épreuve en Afrique de l'Ouest pourraient débuter dès décembre, a dit Mme Kieny. Les essais sur les cinq autres vaccins pourraient commencer en mars.

«Le vaccin n'est pas une balle magique. Mais quand ils seront prêts, ils pourront être très utiles pour renversert cette épidémie», a prévenu Mme Kieny.

Elle a ensuite indiqué que les gouvernements, les agences sanitaires et les pays donateurs révisent leurs plans d'une semaine à l'autre pour tenter d'accélérer leur lutte au virus.

Le premier ministre britannique David Cameron a annoncé vendredi que les 28 pays membres de l'Union européenne ont amassé un milliard d'euros pour lutter contre l'épidémie d'Ebola.

M. Cameron a fait cette annonce aux derniers instants d'une rencontre de deux jours, à Bruxelles. Le Royaume-Uni y était allé d'une contribution de 100 millions d'euros tard jeudi soir. Plus de 500 millions d'euros avaient déjà été promis avant le début de la réunion, mais on ne sait pas qui a fourni le reste de la somme.

La Chine s'est engagée à fournir 81 millions $ US pour combattre le virus dans les trois pays africains au coeur de la crise. Cette somme servira à acheter des biens d'urgence, à ouvrir un centre de traitement au Libéria et à envoyer quelque 200 experts chinois en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone.

Pékin a aussi versé des fonds au Programme alimentaire mondial et à l'Organisation mondiale de la Santé.