NOUVELLES
24/10/2014 05:52 EDT | Actualisé 24/10/2014 05:53 EDT

New York: un homme défendant le jihad attaque des policiers à la hache

Spencer Platt via Getty Images
NEW YORK, NY - AUGUST 12: A New York Police Department (NYPD) car is viewed in Times Square on August 12, 2013 in New York City. The controversial policy employed by the NYPD in high crime neighborhoods known as stop and frisk has been given a severe rebuke by a federal judge on Monday. U.S. District Court Judge Shira Scheindlin has appointed an independent monitor to oversee changes to the NYPD's stop and frisk tactic's after finding that it intentionally discriminates based on race. Both New York Mayor Michael Bloomberg and New York City Police Commissioner Raymond Kelly. (Photo by Spencer Platt/Getty Images)

Un homme partisan du jihad a attaqué des policiers avec une hache jeudi à New York, avant d'être abattu, ont annoncé la police et le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE.

L'homme, identifié dans les médias américains comme Zale Thompson, avait estimé dans une vidéo publiée le mois dernier sur un site pro-Etat islamique (EI) que "le jihad est une réponse justifiable à l'oppression des sionistes et des croisés", selon SITE.

Quatre policiers du quartier de Queens étaient en train de poser pour une photo, à la demande d'un photographe, lorsque l'homme est arrivé et, sans un mot, les a attaqués, selon un communiqué de la mairie.

L'un des policiers a été frappé au bras et un autre à la tête avant que les policiers ne ripostent en tirant sur l'homme, le tuant, a précisé le chef de la police Bill Bratton.

Il a ajouté que l'enquête était en cours sur les motivations de l'homme, âgé d'environ 32 ans et à la peau foncée, et qu'il était trop tôt pour dire si cette attaque était liée au terrorisme.

Un passant a été atteint dans le dos par une balle et hospitalisé, et le photographe a coopéré avec la police et n'est pas considéré comme suspect, a-t-il encore précisé.

Selon SITE, plusieurs déclarations publiées par Thompson sur YouTube et Facebook montraient "une inclination ultra-raciale dans les contextes à la fois religieux et historiques, et laissaient penser qu'il penchait vers les extrémistes".

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo L'État islamique en 7 points Voyez les images