NOUVELLES
24/10/2014 06:08 EDT | Actualisé 24/10/2014 06:08 EDT

« La loi doit changer », dit le père de Martin Couture-Rouleau

RCQC

Dans une conversation téléphonique avec Radio-Canada, Gilles Rouleau, le père de l'auteur présumé de l'attentat contre deux militaires à Saint-Jean-sur-Richelieu, dit avoir tout fait pour sauver son fils.

Un texte de Tamara Alteresco

M. Couture avait d'ailleurs lui-même alerté la GRC des comportements radicaux de son garçon.

« J'avais un mauvais feeling », dit-il, en faisant référence entre autres à un voyage que son fils préparait pour visiter un ami Facebook au Moyen-Orient.

Mais les policiers, en dépit de plusieurs rencontres avec Martin Couture-Rouleau, dont la dernière le 9 octobre dernier, et malgré plusieurs renseignements selon lesquels il désirait quitter le pays pour se joindre à des groupes extrémistes, n'ont pas été autorisés à déposer des accusations.

Le gouvernement Harper déposera un projet de loi aux Communes la semaine prochaine pour renforcer les pouvoirs des forces de sécurité.

Entre temps, le père du défunt Martin Couture-Rouleau dit qu'il a besoin de temps pour se relever.

« J'ai mal. Je dois vivre avec ce qu'il a laissé, je suis en ''câlisse'' après lui », a-t-il ajouté, la gorge nouée par l'émotion.

Gilles Rouleau dit coopérer pleinement avec l'enquête en cours et avoir donné aux policiers un plein accès à sa résidence, où son fils habitait le sous-sol.

Selon un ami de Martin Couture-Rouleau à qui Radio-Canada a parlé en début de semaine, il avait converti au moins trois ou quatre personnes à l'islam dans son entourage.

Interrogé sur la fusillade d'Ottawa et le problème de la radicalisation de jeunes canadiens, Gilles Rouleau lance un appel à la vigilance : « Appelez la police, appelez la police ».

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST