NOUVELLES
23/10/2014 09:26 EDT | Actualisé 23/12/2014 05:12 EST

Climat: les leaders européens s'entendent sur des objectifs de réduction de GES

BRUXELLES - Les leaders européens se sont entendus vendredi matin pour réduire les émissions polluantes des 28 membres du bloc continental de l'ordre d'au moins 40 pour cent sous les niveaux de 1990, d'ici 2030.

L'accord vise à combattre les changements climatiques, et à offrir un exemple à suivre pour le reste du monde, en prévision de négociations cruciales sur le climat, l'an prochain.

Un ensemble de propositions ayant fait l'objet d'une entente aux petites heures de vendredi, au cours d'un sommet européen, exige également que le bouquet énergétique continental soit composé à au moins 27 pour cent de sources renouvelables et respectueuses de l'environnement. L'efficacité énergétique devra également progresser d'au moins 27 pour cent au cours des 16 prochaines années.

Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, parle d'une «décision juste», décision qui «engage l'Europe sur une voie ambitieuse mais financièrement solide».

Le geste fait de l'Union européenne la première économie importante à établir des cibles de réduction d'émission de GES post-2020 en prévision d'un pacte mondial devant être adopté l'an prochain à Paris. D'autres pays, y compris les États-Unis et la Chine, seront comparés aux objectifs européens alors qu'ils dévoileront leurs propres programmes de réduction d'émissions.

Selon des militants environnementaux, toutefois, l'accord n'est pas suffisant par rapport à ce que l'UE aurait pu accomplir. Pour Joris den Blanken, de Greenpeace, il s'agit d'un traité «très modeste». «Cela entraînera un ralentissement du développement de l'énergie verte en Europe», a-t-il affirmé.

L'accord survient après une vive opposition de la part de la Pologne et d'autres pays d'Europe de l'Est en ce qui concerne le financement des changements nécessaires.

Varsovie a argué que le rythme des modifications était trop rapide pour les pays d'Europe de l'Est qui tentent de développer leur économie alors qu'ils restructurent de vieilles industries fortement énergivores.

Environ 90 pour cent de l'énergie en Pologne dépend du charbon. Le pays prévoit poursuivre sur cette lancée puisque le secteur minier soutient 100 000 emplois directs. Pour Varsovie, l'énergie verte est encore trop dispendieuse.