NOUVELLES
23/10/2014 09:55 EDT | Actualisé 23/12/2014 05:12 EST

Attentat: Québec agira pour mieux détecter les personnes à risque, dit Couillard

QUÉBEC - Le premier ministre Philippe Couillard veut s'allier avec la communauté musulmane du Québec pour mieux détecter «les comportements à risque».

Dans une déclaration lue au lendemain de la fusillade survenue au parlement fédéral, M. Couillard a annoncé jeudi son intention de rencontrer les leaders musulmans au début du mois de novembre à son retour de mission en Chine et en Islande.

Les ministères de l'Immigration, de la Sécurité publique et des Services sociaux travailleront de concert avec les communautés pour préparer «des actions basées sur l'engagement communautaire, la prévention et la détection précoce des comportements à risque», y compris «dans les lieux de culte», a indiqué M. Couillard. Les détails de ces actions seront connus dans les prochaines semaines.

Encore une fois, le premier ministre a condamné l'attentat perpétré à Ottawa, affirmant «qu'il n'existe aucune justification acceptable pour ces actes haineux». En ce sens, il importe de soutenir pleinement les autorités, a-t-il affirmé.

«Je demande à tous les Québécois et à toutes les Québécoises de ne pas donner à ces criminels la victoire qu'ils recherchent. D'abord en appuyant nos forces de sécurité tout en étant vigilants sur la question des droits et libertés, nos valeurs démocratiques qui sont justement ce que ces criminels veulent détruire», a dit M. Couillard.

À Ottawa et à Saint-Jean-sur-Richelieu 48 heures plus tôt, les gestes meurtriers ont été posés «par des gens de chez nous», a fait remarquer le premier ministre. La preuve, selon lui, que la société québécoise est elle aussi confrontée «à ses démons».

Certains jeunes, a déploré le leader libéral, «en viennent à chercher des réponses dans la violence aveugle». Or, «le radicalisme et la violence ne peuvent apporter de solution au mal de vivre», a-t-il poursuivi.

Le chef du gouvernement a tenu à féliciter les leaders de la communauté musulmane qui ont désavoué sans réserve les actes de violence commis au Québec et à Ottawa.

«Ils ont condamné comme nous cette violence qui tire son origine dans une déformation cruelle du sentiment religieux», a-t-il observé. M. Couillard a précisé qu'il s'était entretenu avec certains représentants de la communauté jeudi matin et qu'il le ferait de nouveau au cours de la journée.

En Chambre, les élus ont observé une minute de silence à la mémoire du caporal Nathan Frank Cirillo, tombé sous les balles de Michael Zehaf Bibeau, mercredi, sur les marches du Monument commémoratif où il effectuait une garde d'honneur. Les débats parlementaires se sont déroulés normalement malgré le niveau de sécurité rehaussé.

Pendant la période de questions, le caquiste Marc Picard a demandé à la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, de révéler le nombre de Québécois figurant sur la liste des 90 Canadiens radicalisés surveillés par le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS).

Martin Couture-Rouleau, qui a tué l’adjudant Patrice Vincent à Saint-Jean-sur-Richelieu avant d'être abattu par la police, figurait sur cette liste. On ignore encore si Zehaf Bibeau en faisait partie.

«La ministre de la Sécurité publique peut-elle rassurer les citoyens et nous confirmer qu'elle et la Sûreté du Québec savent combien et qui sont les résidants québécois sur cette liste? Peut-elle aussi nous assurer que la SQ et la GRC sont en contact étroit sur cette question et que toutes les mesures sont prises pour exercer une surveillance adéquate de ces personnes?», a questionné le député Picard.

La ministre Thériault a esquivé la question, invitant plutôt «les gens qui sont témoins d'une radicalisation potentielle chez une personne donnée (à) travailler avec la police».

Plus tard, lors d'un échange avec les journalistes, Mme Thériault a confié qu'elle connaissait le nombre de Québécois sur la liste mais que l'information restait à valider.

«Je ne peux pas vous mentionner de chiffres pour le moment mais au moment où je pourrai le faire, je le ferai, ne soyez pas inquiets», a-t-elle dit.