POLITIQUE
19/10/2014 05:05 EDT | Actualisé 20/12/2014 05:12 EST

Journée de grève dans les garderies en milieu familial: Québec ne bronche pas (VIDÉO)

Pendant que les 13 600 responsables de services de garde (RSG) en milieu familial affiliés à la CSQ tiennent une journée de grève nationale, lundi, la ministre de la Famille, Francine Charbonneau, ferme la porte à leur principale revendication, soit la reconnaissance des 50 heures de travail par semaine.

En entrevue à RDI, Mme Charbonneau a indiqué qu'elle n'a pas l'intention de céder à cette demande des RSG. « Ils ne sont pas payés de l'heure, ils sont payés par contrat de travail », explique la ministre Charbonneau, précisant que les RSG avaient demandé, lors de la dernière convention collective, à être rémunérés comme des éducatrices en Centre de la petite enfance (CPE).

« Elles [les éducatrices en CPE] sont de niveau 1, maintenant, niveau 1 dans un CPE c'est 28 000 $ par année et, en ce moment, une responsable de service de garde qui travaille chez elle et qui fait un travail exceptionnel gagne 52 000 $. »

Les RSG de la CSQ tiennent une journée de grève dans l'ensemble de la province, après en avoir tenu une à l'échelle régionale, insistant notamment sur la reconnaissance de leurs heures travaillées. Ils estiment travailler 50 heures par semaines et n'être rémunérés que pour 35 heures. La présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec, Kathleen Courville, avance qu'il s'agit du coeur de la problématique.

La ministre Charbonneau se dit disposée à négocier, mais pas sur l'aspect salarial. Elle soutient que les rattrapages nécessaires ont été réalisés lors de la dernière convention collective et que les RSG ont reçu une augmentation salariale de 3,34 % l'automne dernier.

Reprochant aux RSG de faire la grève « sur le dos des parents », Mme Charbonneau les invite à mettre un terme à leurs grèves pour se présenter à la table des négociations.

« On ne peut pas être dans la rue et à la table de négociations en même temps. » — Francine Charbonneau

La ministre précise que les RSG affiliés à la CSN tiennent des négociations avec le ministère pendant que leurs homologues de la CSQ sont dans la rue.

« À partir du moment où ils [les responsables de garderies] sont en grève, on va leur laisser le temps de faire ce qu'ils veulent faire avec leurs membres et on va revenir à la table convenablement, avec l'esprit ouvert, au moment où ils seront prêts à le faire », précise Mme Charbonneau.

Une rencontre est prévue mercredi entre la ministre Charbonneau et les RSG.

Pour voir le bulletin complet ou pour d’autres vidéos de l’émission «Ça commence bien!», rendez-vous sur le site de V Télé.