DIVERTISSEMENT
19/10/2014 12:06 EDT | Actualisé 19/10/2014 12:15 EDT

«SNL Québec» : Antoine Bertrand vole la vedette (PHOTOS)

Télé-Québec

Sacré Antoine Bertrand. Invité-vedette de SNL Québec, samedi, l’interprète de Louis Cyr a littéralement «volé le show» et maintenu à flot l’édition d’octobre du rendez-vous, qui aurait peut-être été un peu terne si ce n’avait été de sa présence. L’acteur n’a pas peur du ridicule et semblait vraisemblablement prendre son pied dans ce contexte où toutes les folies sont permises. Il s’en est donné à cœur joie en jouant plusieurs rôles loufoques dans différents sketchs (il a certainement été le plus impliqué des animateurs qui ont jusqu’ici foulé le plateau de SNL Québec) et en faisant du pauvre Pierre-Luc Funk son souffre-douleur, ce qui, à lorgner les réseaux sociaux, a grandement fait rire les téléspectateurs.

Les comédiens maison de SNL, bourrés de talent, ont beau s’améliorer et gagner en assurance d’un mois à l’autre, quand Antoine Bertrand s’immisçait dans une saynète, samedi, on ne voyait que lui. D’un air blasé, l’homme a d’abord fait l’éloge de la paresse dans son monologue d’ouverture. Il a expliqué que c’est son penchant pour la procrastination qui l’a poussé à choisir le métier d’acteur, certain que cette profession lui permettrait de se la couler douce. «Je suis un paresseux de classe mondiale, catégorie AAA», a-t-il crâné. Manque de bol, il est toujours parvenu à décrocher des contrats malgré son oisiveté. Il a tenté d’inculquer ses «valeurs» aux jeunes artistes de SNL, en cherchant à les convaincre que de bosser dur ne les mènerait nulle part. «La qualité numéro un pour réussir dans le show-business,

c’est la paresse», a-t-il martelé, le plus sérieusement du monde, avant de conclure sur ces sages paroles : «Cette semaine, on n’a pas travaillé fort, alors, ça va être écoeurant!» Et il a tenu promesse.

Rude masseur

Dans les minutes qui ont suivi, Bertrand a personnifié un masseur un peu rude qui éliminait ses collègues et son client en leur cassant le cou en un tournemain. Premier moment difficile pour Pier-Luc Funk, couché sur la table de massage, qui peinait à contenir son fou rire pendant qu’Antoine le tortillait dans tous les sens. Visiblement, ce dernier a improvisé des mouvements qui n’étaient pas prévus à l’origine. Étendus par terre, les autres comédiens avaient aussi du mal à garder leur sérieux.

L’ex-Bougon s’est ensuite glissé dans la peau d’un étrange père de famille qui accueillait d’une drôle de façon le nouvel amoureux de sa fille. La vignette s’est conclue par une embrassade passionnée entre Antoine Bertrand et Mathieu Quesnel, qu’on ne voyait pas du tout venir au départ.

Plus tard, l’invité a fait fureur sous les traits de Denis «Gros Jambon» Prévost, un boxeur «poids plume», qui n’a pas manqué de terroriser son jeune adversaire (Pier-Luc Funk, bien sûr). «Tu dois en avoir mangé en torpinouche, des plumes», lui a lancé ce dernier, apeuré. Au bout de quelques commentaires maladroits, le gamin s’est retrouvé juché sur les épaules de son armoire à glace d’aîné.

Antoine a incarné Carole, la joueuse la plus redoutable et la plus grogneuse de son équipe féminine de roller derby. Le discours de motivation dans le vestiaire s’est terminé sur un mauvais quart d’heure pour «la participante» interprétée par Pier-Luc Funk, qui a passé à un cheveu de se faire étrangler.

Enfin, Antoine Bertrand a donné dans l’absurde avec la fausse publicité de la couche Assidan, une «fosse septique portative» à «l’autonomie d’une semaine», et s’est retrouvé au cœur d’un combat médiéval improvisé dans une vente de matelas. Bref, il s’est éclaté dans tous les registres, nous a fait rire de plusieurs façons et montré, une fois de plus, qu’il a l’étoffe d’un grand.

On aime Paige

On prendrait toujours plus de Paige Beaulieu. Le personnage déjà mythique de Katherine Levac a été le meilleur élément des Nouvelles SNL, lues samedi par le nouveau tandem de «chefs d’antenne», Mickaël Gouin et Guillaume Girard. On aime déjà le petit sourire en coin et le ton baveux des deux comiques, même si aucun de leur gag n’était à se rouler par terre. Il faudra leur laisser le temps de prendre leurs aises, mais les deux gaillards démontrent déjà un bel aplomb. Girard a imité Anne Dorval à On n’est pas couché et Gouin y est allé d’une ligne incisive sur la mort d’un homme atteint du virus Ebola au Texas. «C’est la première fois de l’histoire que le Texas se soucie de la mort d’un Noir», a-t-il laissé tomber, d’un air fendant. On aurait pu couper de moitié le segment dans l’hélicoptère avec Phil Roy, qui n’était pas mauvais, mais beaucoup trop long.

Paige Beaulieu, elle, a jasé de l’Halloween, sa «cinquième fête préférée de l’année», avec le franc-parler qu’on lui connaît. Elle a raconté avoir festoyé, l’an dernier, avec Hermione Granger dans une fête à la Commission des liqueurs, avant d’envoyer son punch inattendu : Hermione était en fait une participante de Mixmania 1, Annabelle. Paige a ensuite conseillé les bonbons à éviter («Les barres tendres, c’est boring» ; «Il existe plus de gens qui sont allés sur la lune que de gens qui apprécient cette friandise qu’est le Tootsie Roll»), donné des recommandations pour les costumes («T’es pas obligé de te respecter toi-même tant que tu respectes ton personnage») et a finalement annoncé, en grandes pompes, en se foutant une perruque blonde sur la tête, qu’elle se déguisera cette année en Émily Bégin, son idole. Cette intervention de Paige Beaulieu a été l’une des plus belles perles de ce SNL Québec.

Plus tôt, en tout début d’émission, Levac était aussi excellente dans son imitation d’Anne-France Goldwater, dans une parodie de L’Arbitre opposant Pierre-Karl Péladeau (Mathieu Quesnel) et Jean-François Lisée (Pier-Luc Funk). «Allez-vous, oui ou non, vendre vos bébelles pour devenir le chef des séparatistes?», a-t-elle balancé d’un accent caractéristique.

Brillante Léane

Léane Labrèche-Dor a fait très bonne figure dans cette quatrième mouture de SNL Québec, absolument délirante en golfeuse pincée et frustrée du club Le Miracle («Toi, le dalaïlamarde…», a-t-elle vociféré à l’un de ses partenaires de jeu), ou en animatrice imbue d’elle-même de la fausse émission Tellement jazz, sur les ondes de TAtv. Elle a également été une superbe Julie Snyder, fiduciaire de Pierre-Karl, dans le pastiche de L’Arbitre. On avait un peu moins vu la jeune femme dans l’édition de septembre, il est heureux qu’elle ait pu briller davantage cette fois. Autre portion coup de cœur, le numéro final avec un Pier-Luc Funk couché dans son bain, ensanglanté, délesté d’un rein, qui appelait sa copine (Katherine Levac) au secours, pendant qu’elle angoissait sur la perte de son iPhone 6.

Random Recipe a assuré les intermèdes musicaux de ce SNL Québec, qui sera présenté à nouveau vendredi prochain, à 22h, à Télé-Québec. Le prochain rendez-vous aura lieu le 22 novembre et Patrick Huard sera aux commandes.

Galerie photo SNL Québec du 18 octobre 2014 Voyez les images