NOUVELLES
17/10/2014 04:11 EDT | Actualisé 17/10/2014 04:11 EDT

Grève provinciale dans les garderies en milieu familial

RCQC

Après des débrayages régionaux, les quelque 13 600 responsables des services de garde (RSG) en milieu familial membres de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec tiendront une journée nationale de grève lundi prochain.

La présidente de l'organisation, Kathleen Courville, a indiqué que cette décision a été prise après l'annulation d'une journée de négociations prévue vendredi par la ministre de la Famille, Francine Charbonneau. Selon Mme Courville, la ministre a renoncé à tenir la séance de pourparlers sous prétexte que les grèves tournantes se poursuivent, ce qui, à ses yeux, entre en contradiction directe avec le discours public de cette élue.

Mme Courville a enchaîné en soutenant que si Mme Charbonneau devait faire volte-face, son organisation serait prête à réagir au quart de tour. « On peut négocier le soir. On peut négocier durant la fin de semaine. Pour nous, l'important, c'est d'en arriver à la réelle reconnaissance du travail qui est effectué par les responsables des services de garde », a-t-elle précisé.

Kathleen Courville a ajouté que son camp était disposé à se montrer flexible. « On peut faire des compromis, mais il faut un minimum de bonne volonté de la part de la ministre », a-t-elle lancé.

Au coeur du conflit : la rémunération

La Fédération s'interroge sur la volonté réelle de la politicienne de régler le dossier. Mme Courville estime qu'elle ne fait preuve d'aucune ouverture en ce qui a trait au principal point en litige, la rémunération.

Elle invite de nouveau Francine Charbonneau à prendre en considération la « réelle valeur » du travail que les responsables des services de garde en milieu familial effectuent au quotidien. Celles-ci exigent ainsi d'être payées pour les 50 heures « réellement » travaillées, et non pour 35 heures.

« Elles prennent soin du Québec de demain. Ce travail-là a une valeur », a martelé Kathleen Courville. Elle a indiqué que ses membres tiennent à défendre leur point de vue sans brimer indûment les parents. « Ils sont au courant depuis un peu plus de deux semaines de la possible tenue d'une grève nationale, poursuit-elle. Donc, ça leur a permis de s'organiser, de trouver un plan B », a-t-elle mentionné.

Les 13 600 RSG de la FIPEQ-CSQ sont en discussion depuis le 15 octobre 2013 et elles ont déposé leurs demandes financières le 13 juin dernier.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo le guide alimentaire du Canada pour les enfants Voyez les images