NOUVELLES
17/10/2014 05:57 EDT | Actualisé 17/10/2014 05:58 EDT

Un homme isolé sur un bateau de croisière par crainte du virus Ebola

Stewart F. House via Getty Images
DALLAS, TX - OCTOBER 15: The Texas Health Presbyterian Hospital, where health care workers Amber Vinson and Nina Pham are being treated for the Ebola virus is seen on October 15, 2014 in Dallas, Texas. The newest case of nurse Amber Vinson joins nurse Nina Pham, who also contracted the Ebola virus at Texas Heath Presbyterian Hospital while treating patient Thomas Eric Duncan, who has since died. (Photo by Stewart F. House/Getty Images)

Les moyens de transport continuent d'être à la source de sérieuses précautions relatives à l'Ebola. Un avion d'Air France a été évacué, hier, à son arrivée à l'aéroport de Madrid-Barajas, tandis qu'un homme du Texas a été placé en isolement sur un bateau de croisière, a annoncé le département d'État américain.

L'homme qui a été isolé sur le bateau de croisière ayant quitté Galveston, dans le sud du Texas, dimanche dernier, ne présentait pourtant aucun symptôme lié au virus Ebola.

Il est toutefois employé du Texas Health Presbyterian Hospital, où est décédé le patient libérien Thomas Eric Duncan il y a un peu plus d'une semaine, et il aurait pu être en contact avec ses fluides corporels il y a une vingtaine de jours. Il n'a toutefois eu aucun contact direct avec Thomas Eric Duncan.

L'homme suit de près son propre état de santé depuis lundi, mais il n'a toujours montré aucun signe d'éclosion du virus. Selon le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), la période maximale d'incubation pour l'Ebola est de 21 jours.

Les autorités américaines tentent actuellement de faire faire demi-tour au bateau de croisière. « Nous travaillons avec la compagnie de croisières afin de ramener [l'homme et un de ses compagnons] aux États-Unis dans un grand effort de précaution », a indiqué le porte-parole du Département d'État américain, vendredi.

Un avion évacué en Europe

Par ailleurs, l'avion du vol AF 1300 qui effectuait la liaison entre Lagos, au Nigeria, Paris-Charles de Gaulle et Madrid-Barajas, a été évacué à son arrivée en Espagne, hier.

Un passager nigérian qui se trouvait à bord de l'appareil était soupçonné d'être porteur du virus Ebola, mais les résultats de ses premiers tests ont révélé vendredi qu'il ne souffre pas de la fièvre hémorragique.

Le ministère espagnol de la Santé a néanmoins indiqué que le protocole d'urgence avait été appliqué lors de l'évacuation. L'avion a été immobilisé puis désinfecté.

L'homme nigérian devra subir de nouveaux examens médicaux au cours des prochaines 72 heures pour écarter définitivement l'hypothèse d'une contamination.

Aux États-Unis, le président Barack Obama a exclu l'idée d'interdire les vols entre les trois pays les plus touchés par l'Ebola - soit le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée - et le territoire américain.

« Je n'ai pas nécessairement d'objection philosophique à une interdiction des vols en provenance d'Afrique de l'Ouest », a indiqué le président avant d'ajouter que selon lui, « une interdiction générale des vols n'était pas le bonne solution ».

Barack Obama préfère imposer des contrôles des passagers aériens en provenances des pays touchés par l'épidémie et juge que cette stratégie est plus efficace. Il envisage néanmoins de nommer un coordonnateur fédéral qui serait chargé de superviser la lutte contre le virus.

La première infirmière texane infectée a été transférée

Un centre médical de Washington, aux États-Unis, a accueilli jeudi la première infirmière texane qui a été infectée après avoir traité le patient libérien Thomas Eric Duncan.

Nina Pham a été transportée par avion afin d'être placée dans l'une des quatre unités d'isolement aux États-Unis. Elle sera prise en charge par une équipe médicale spécialisée dans les maladies infectieuses.

Galerie photo Ebola: les symptômes Voyez les images