NOUVELLES
17/10/2014 04:41 EDT | Actualisé 17/10/2014 04:41 EDT

Ebola : Ottawa annonce 30 millions de dollars supplémentaires

ASSOCIATED PRESS
Participants help each other with their suits during a training course to instruct non-governmental organisation (NGO) workers and doctors on how to deal with the Ebola virus in Brussels on Tuesday, Aug. 26, 2014. The course, provided by Doctors Without Borders, trains volunteer and medical personnel on precautions to take when entering a zone that contains the Ebola virus.(AP Photo/Olivier Matthys)

Le Canada annonce une enveloppe supplémentaire de 30 millions de dollars pour lutter contre Ebola.

Ottawa répond ainsi directement à la demande du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, a expliqué cet après-midi la ministre de la Santé Rona Ambrose. Ce montant vient s'ajouter aux 30 millions de dollars déjà annoncés par le gouvernement canadien voilà trois semaines.

Mme Ambose indique que ce financement sera alloué à cinq plans de l'intervention internationale qui visent notamment à stopper l'éclosion du virus, à traiter les malades, s'assurer de la disponibilité des services essentiels pour les patients et empêcher l'éclosion dans les pays avoisinants.

L'objectif du secrétaire général des Nations-Unies est de 1 milliard de dollars.

Se voulant rassurante, la ministre Ambrose a affirmé que l'Agence de santé publique du Canada travaille directement avec les provinces et les territoires pour que le Canada soit bien prêt. Elle a ajouté que les Canadiens étaient chanceux d'avoir des hôpitaux parmi les meilleurs au monde.

Un vaccin expérimental canadien en route vers Genève

En entrevue à CBC, Marie-Paule Kieny de l'OMS a indiqué qu'un vaccin expérimental canadien, le (VSV-EBOV), mis à la disposition de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) sera envoyé à Genève. L'OMS prendra possession dès lundi de 800 à 1000 fioles.

Les tests cliniques sont prévus fin octobre ou début novembre afin de s'assurer que l'utilisation de ce vaccin est sans danger et déterminer la dose à administrer aux patients. Quelque 250 personnes sont déjà prêtes à subir les tests en Suisse, en Allemagne, au Gabon et au Kenya.

Pourquoi attendre jusqu'à lundi? Marie-Paule Kieny de l'OMS a expliqué qu'il était « dangereux » d'acheminer cette cargaison durant le week-end notamment à cause du nombre réduit de douaniers aux frontières et la fermeture de la pharmacie de l'hôpital censé stocker le vaccin.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Ebola: les symptômes Voyez les images