NOUVELLES
17/10/2014 06:14 EDT | Actualisé 17/12/2014 05:12 EST

Les sauveteurs ont élargi leurs recherches au Népal pour trouver des randonneurs

ASSOCIATED PRESS
In this photo provided by the Nepalese army, soldiers carry an avalanche victim before he is airlifted in Thorong La pass area, Nepal, Wednesday, Oct. 15, 2014. An avalanche and blizzard in Nepal's mountainous north have killed at least 12 people, including eight foreign trekkers, officials said Wednesday. Five other climbers were hit by a separate avalanche on Mount Dhaulagiri and remain missing. (AP Photo/Nepalese Army)

KATMANDOU, Népal - Les autorités népalaises ont repris les recherches dans la région de l'Himalaya pour tenter de retrouver des dizaines de randonneurs étrangers qui manquent toujours à l'appel à la suite des intempéries des derniers jours.

Selon Associated Press, cette tragédie a fait au moins 29 morts, dont quatre Canadiens et trois Québécoises. Jan Rooks, originaire de la Colombie-Britannique, ainsi que les Québécoises Geneviève Adam et Sylvie Marois figurent parmi les disparus.

Âgée dans la cinquantaine, Mme Marois était notamment guide, alors que Mme Adam, âgée dans la trentaine, était une infirmière de la région de Québec.

Par voie de communiqué, Terra Ultima a fait savoir vendredi que les recherches par hélicoptères seraient priorisées dans la région du Thorong La, au Népal, où il semble y avoir le plus de chances de retrouver des survivants.

L'agence montréalaise spécialisée dans les voyages en montagne — qui n'accorde pas d'entrevues — a précisé qu'elle enverra un hélicoptère ainsi qu'une équipe spécialisée sur les lieux de l'avalanche pour épauler les équipes déjà présentes sur le terrain.

Il a toutefois été impossible d'en savoir plus sur les mesures que comptait déployer Terra Ultima pour tenter de retrouver des survivants.

L'avalanche qui a emporté le groupe du Québec est survenue à Phu, dans le nord du pays.

De son côté, le gouvernement canadien, par l'entremise de son consulat à Katmandou, la capitale du Népal, a indiqué qu'il comptait porter assistance aux citoyens du Canada se trouvant dans la région.

Jusqu'ici, quelque 200 personnes ont déjà été secourues parfois à flanc de montagne par des hélicoptères, mais des dizaines d'autres sont toujours réfugiées dans des abris isolés.

Les survivants ont raconté avoir été pris complètement par surprise quand la météo a rapidement changé le long d'un populaire sentier situé en haute altitude, dans le nord du Népal.

Le ciel était dégagé au début de la semaine, a raconté le guide Gombu Sherpa, qui accompagnait des touristes allemands près du sentier de l'Annapurna, mais la situation s'est rapidement détériorée quand la neige a commencé à tomber.

«On ne voyait presque plus personne, même à quelques (mètres), a-t-il dit. Le vent balayait la neige et la visibilité était presque nulle.»

Il a dit que plusieurs membres de son groupe se sont perdus dans la tempête, mais que tous ont survécu. Un de ses adjoints a été porté disparu pendant toute la nuit.

«Nous l'avons retrouvé le lendemain matin. C'est un miracle qu'il soit vivant», a dit le guide.

Un autre guide, Samten Sherpa, a dit que des dizaines de randonneurs étrangers sont coincés au lac Tilicho, un secteur pittoresque situé à 5000 mètres d'altitude. On est sans nouvelles d'eux depuis deux jours et on ne retrouve sur place que deux petits abris.

La plupart des victimes se trouvaient sur le sentier de l'Annapurna, une randonnée de 220 kilomètres à proximité du 10e plus haut sommet de la planète.

Les sauveteurs ont profité d'une amélioration de la météo, vendredi, pour élargir leurs recherches. Ils tentent notamment de retracer des randonneurs bloqués près des sentiers où la neige épaisse complique les déplacements, a dit un dirigeant du district de Mustang.

Des hélicoptères ont récupéré 40 randonneurs vendredi. Les secouristes ont aussi été informés de la présence, dans un village voisin, de 50 randonneurs isolés mais en santé.

Soixante-dix-huit randonneurs de Mustang et 157 du district voisin de Manang avaient été secourus mercredi et jeudi.

Les autorités du Népal ont formé un comité de haut niveau pour coordonner les efforts de secours.

Le mois d'octobre est le plus populaire chez les randonneurs attirés par l'Himalaya, alors qu'ils s'y présentent par milliers. En avril dernier, une avalanche près du camp de base du mont Everest avait emporté 16 personnes.