NOUVELLES
16/10/2014 11:06 EDT | Actualisé 16/12/2014 05:12 EST

Michaël Chaput veut saisir la chance qui s'offre à lui chez les Blue Jackets

MONTRÉAL - Michaël Chaput a la chance que Michaël Bournival n'a pas chez le Canadien en ce début de saison dans la LNH: celle de profiter de l'absence de coéquipiers blessés afin de se mettre en évidence chez les Blue Jackets de Columbus.

Même si de son propre aveu il a connu un très bon camp d'entraînement, le jeune attaquant aurait possiblement amorcé la saison comme réserviste ou au sein de l'équipe-école des Blue Jackets n'eût été des pertes des Brandon Dubinsky, Boone Jenner et Nathan Horton — trois rouages très importants des Jackets.

Au lieu de cela, il se voit offrir l'occasion de pivoter le quatrième trio du grand club, en compagnie de Jack Skille et de Jared Boll, et il entend bien la saisir afin de s'établir pour de bon dans la LNH. Pendant ce temps, Bournival n'a pas de place chez le Tricolore et on vient de le «prêter» aux Bulldogs de Hamilton.

Les deux Québécois ont en commun d'avoir remporté la Coupe Memorial dans l'uniforme des Cataractes de Shawinigan, au printemps de 2012.

«C'est 'plate' les blessures, mais on dirait que c'est souvent le coup de pouce que des jeunes ont besoin pour faire leur place», mentionne Chaput, en entrevue à La Presse Canadienne.

Dans les trois premiers matchs de l'équipe, le patineur de l'Île Bizard âgé de 22 ans a contribué deux aides dans autant de victoires des siens, en plus de montrer un différentiel en défense de plus-2. On l'utilise en moyenne dans un peu plus de 11 minutes de jeu par rencontre.

«J'estime que ça se passe super bien, avance-t-il. Je me fais plus confiance cette saison et je ne me laisse moins impressionner. Je me dis que mon tour est arrivé et je ne crains plus de tenter des jeux.»

Il admet que l'avant-goût de 17 matchs dans la LNH qu'il a connu, au début de la saison dernière, lui a permis de se défiger et de se sentir davantage comme un membre à part entière de l'équipe.

«J'ai mis toutes les chances de mon côté au cours de l'été, mentionne celui qui a récolté 45 points, dont 19 buts, en 55 matchs dans la Ligue américaine en 2013-14. Je me suis entraîné comme jamais. J'ai pris du poids, environ une dizaine de livres, tout en améliorant mon agilité et ma vitesse, qui sont deux qualités essentielles afin d'atteindre le plus haut calibre. Je me suis présenté au camp prêt et confiant.»

Les Blue Jackets, qui ont acquis Chaput des Flyers de Philadelphie dans un échange en février 2012, ont voulu voir de quel bois il se chauffe en l'envoyant dans la mêlée dans sept des huit matchs préparatoires de l'équipe. La raison pour laquelle il a manqué un match, c'est parce que les Blue Jackets en ont joué deux au cours d'une même journée! Chaput a bien répondu à l'appel, en obtenant deux buts et deux aides.

«Nous voulons lui accorder un bon essai, a affirmé, avant le début de la saison, le directeur général de l'équipe, Jarmo Kekalainen. On estime qu'il peut s'acquitter de plusieurs tâches. Il est talentueux à l'attaque et fiable défensivement. On peut l'utiliser en infériorité numérique et il a un bon taux de réussite sur les mises en jeu. Il fait tout bien pour un jeune joueur.»

Chaput, un gaillard de six pieds deux pouces, ne se préoccupe pas de ce qui va arriver au retour des blessés. Il consacre plutôt ses énergies à prouver à l'équipe qu'il peut lui être utile sur une base régulière. Il a hâte d'obtenir un premier but dans la LNH, quoiqu'il n'en fasse pas une obsession.

«J'ai eu quelques bonnes chances jusqu'à maintenant, mais ça n'a pas rentré. J'espère simplement marquer un but avant de me rendre jusqu'à 17 matchs, mon total de la saison dernière.»

Chaput, dont le frère aîné Stefan poursuit sa carrière à Dresde en deuxième division allemande, avait amassé une aide au cours de son premier passage dans la LNH.