NOUVELLES
16/10/2014 02:41 EDT | Actualisé 16/12/2014 05:12 EST

La Turquie n'est pas élue au sein du Conseil de sécurité de l'ONU

Le Venezuela, la Nouvelle-Zélande, l'Espagne, l'Angola et la Malaisie ont été élus au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies, jeudi, alors que la Turquie a échoué dans sa tentative de joindre la branche la plus puissante de l'ONU.

Ni la Turquie ni l'Espagne n'ont obtenu suffisamment de votes lors des deux premiers scrutins de l'élection organisée auprès des États membres de l'Assemblée générale de l'ONU. L'Espagne a obtenu sa place lors du troisième tour. Les regards étaient tournés vers la Turquie, qui se retrouve sous pression afin d'être plus impliquée dans la guerre qui frappe en Syrie, un pays frontalier de la Turquie.

Les pays élus joindront le conseil le 1er janvier prochain et en feront partie jusqu'à la fin de l'année 2016. Ils remplaceront l'Argentine, l'Australie, le Luxembourg, la Corée du Sud et le Rwanda.

Les États-Unis, qui s'étaient opposés publiquement à la dernière tentative du Venezuela de rejoindre le conseil en 2006, n'ont pas affiché leurs intentions cette fois-ci et n'ont pas voulu dévoiler leur stratégie de vote, jeudi. Un total de 10 pays se sont abstenus lors du scrutin.

Le président actuel du Venezuela, Nicolas Maduro, a des liens avec le président de la Syrie, Bachar el-Assad, et l'Iran et a appuyé la Russie dans la crise en Ukraine.

Des observateurs ont exprimé leurs inquiétudes entourant l'élection des nouveaux membres élus au sein du Conseil de sécurité.

Le directeur de Human Rights Watch à l'ONU a montré du doigt le Venezuela, qui a «régulièrement remis en cause les efforts de protection du Conseil des droits de l'homme de l'ONU», ainsi que l'Angola et la Malaisie, qui «devront démontrer une approche plus orientée sur les droits humains à New York, qu'ils l'ont fait à Genève».