POLITIQUE
16/10/2014 10:22 EDT | Actualisé 16/12/2014 05:12 EST

Contestation judiciaire contre la fin la livraison du courrier à domicile par Postes Canada

CP

OTTAWA - Des regroupements de personnes âgées et des organisations aidant les personnes handicapées ont joint le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) afin de contester devant les tribunaux la décision d'abolir la livraison du courrier à domicile.

Postes Canada voudrait mettre fin au service de livraison à domicile en raison d'une chute des revenus liée à la baisse du volume des envois postaux.

En conférence de presse à Ottawa, le président national du STTP, Denis Lemelin, a indiqué que son syndicat demanderait à la Cour fédérale du Canada de suspendre la décision de Postes Canada. La requête, qui n'a toujours pas été déposée, allègue qu'une telle décision outrepasse les pouvoirs de Postes Canada et relève plutôt du Parlement, puisque c'est ce dernier qui a créé Postes Canada et qui en a déterminé le mandat.

M. Lemelin a déclaré qu'il croyait que la société se concentrait trop sur l'aspect financier et ignorait les besoins des Canadiens.

«La réaction a été immédiate dans tous les coins du pays, a dit M. Lemelin. Les gens — les personnes âgées, les personnes avec un handicap, le grand public — sont contre cette idée et demandent le maintien de la livraison à domicile.»

Le STTP soutient que les conservateurs tentent de se distancer de l'enjeu de la livraison à domicile et a ajouté que le gouvernement devrait être tenu responsable d'avoir permis la prise de cette décision sans consultation ou débat.

Postes Canada est confiant que son plan «résistera à toute manoeuvre judiciaire».

Des options numériques — comme des factures en ligne ou des courriels — ont déjà pris la place du courrier traditionnel, selon le porte-parole de Postes Canada, Jon Hamilton.

«La décision de ne plus offrir la livraison à domicile du courrier pour un tiers des domiciles canadiens a été difficile à prendre», a-t-il dit en entrevue.

«Nous comprenons que deux tiers des domiciles au pays n'ont actuellement pas de service de livraison à domicile. Mais nous comprenons aussi que nous devions effectuer ces changements et nous allons nous assurer que personne ne sera laissé pour compte.»

Selon M. Lemelin, le document qui sera présenté soutient qu'il faut garder le service postal public et universel.

Paul Cavalluzzo, avocat syndicaliste depuis 35 ans, a pour sa part précisé que cette contestation judiciaire sera déposée en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés.

Les deux hommes ont rappelé que c'est le 11 décembre 2013 que Postes Canada a annoncé son intention de faire du Canada le tout premier pays du G8 à abolir la livraison du courrier à domicile.