NOUVELLES
16/10/2014 09:49 EDT | Actualisé 16/10/2014 09:50 EDT

Avalanches au Népal: une infirmière de Québec parmi les disparus

Facebook

La famille d'une infirmière de 33 ans de Québec vit des heures angoissantes à la suite des avalanches qui ont fait 25 morts et des dizaines de disparus dans l'Himalaya. Geneviève Adam faisait partie du groupe de randonneurs québécois qui ont été surpris par la tempête, mercredi, sur les sentiers l'Annapurna.

Son père s'envole aujourd'hui pour le Népal pour suivre l'évolution des recherches qui ont repris ce matin. Geneviève Adam rêvait depuis longtemps de cette expédition au Népal, fait savoir son oncle, François Adam. Le groupe se trouvait sous la tente lorsqu'il a été surpris par l'avalanche vers 4 h du matin.

À la lumière des témoignages de ceux qui ont survécu à l'avalanche, François Adam doute des chances de survie de sa nièce. « J'ai parlé avec mon frère hier et ça n'a pas l'air qu'il y ait bien des chances. Je pense qu'elle est partie et la neige l'a amenée. C'était comme un ravin et elle serait descendue dans ça selon ce que j'ai su. Ils étaient dans la ligne de l'avalanche », raconte-t-il.

Des membres du groupe de six randonneurs québécois auraient eu plus de chance. Toutefois, deux autres femmes originaires de Montréal sont portées disparues. L'une d'entre elles était la guide de l'expédition.

« C'est dur à croire, ça surprend. J'ai de la misère à réaliser tout ça parce qu'il y a beaucoup de personnes qui ne sont pas retrouvées », ajoute François Adam.

Aventurière, Geneviève Adam n'en était pas à sa première expédition en montagne. Elle avait entre autres escaladé le Kilimandjaro l'an dernier.

Mercredi, des dizaines d'étrangers et de guides locaux étaient en randonnée en haute montagne quand le mauvais temps s'est abattu sur l'Himalaya. La tempête a laissé plus de 90 centimètres de neige.

Le directeur de l'agence Terra Ultima qui organisait l'expédition, Julien Passerini, n'a pas encore la confirmation que les voyageuses ont perdu la vie dans l'avalanche. « Il faut les trouver. Dans quelles conditions on va les trouver, c'est la question. Pour l'instant, on ne les a pas trouvées, les recherches peuvent prendre une journée, deux journées ça dépend beaucoup de la météo », dit-il.

Au ministère des Affaires étrangères du Canada, on refuse pour l'instant de donner des détails sur le nombre de Canadiens concernés ou sur leur identité.

Des familles inquiètes

Le secteur de l'Annapurna est particulièrement achalandé par les touristes à cette période de l'année puisque les conditions sont généralement favorables pour les randonnées en montagne. Les agences de voyages québécoises qui organisent ce genre d'expédition tentent de se faire rassurantes auprès des familles qui s'inquiètent pour le sort de leur proche qui se trouve actuellement au Népal.

À Québec, le chef Jean Soulard a entrepris lundi une randonnée de 18 jours au Népal avec un groupe. La directrice des communications du Salon international du livre de Québec, Johanne Mongeau, fait aussi partie de l'expédition, mais les proches ont été rassurés au cours des dernières heures par l'agence Terra Ultima.

La conjointe de Jean Soulard, la designer Marie Dooley, a reçu un appel téléphonique, hier, après l'annonce d'avalanches meurtrières au Népal.

« On a eu des nouvelles de la compagnie qui les accompagne en voyage et tout est beau. Ils sont sur l'est de la montagne alors que l'avalanche s'est produite à l'ouest de la montagne. Ils étaient au début de leur montée alors ça ne m'inquiète pas vraiment, ils ne sont pas très haut en altitude en ce moment », raconte Mme Dooley.

La communication n'est pas possible en ce moment avec les randonneurs, mais l'agence s'assure d'un suivi avec les familles.