NOUVELLES
15/10/2014 06:53 EDT | Actualisé 15/12/2014 05:12 EST

Obama plaide pour une surveillance plus énergique de l'Ebola aux États-Unis

WASHINGTON - Le président Barack Obama s'est engagé mercredi à surveiller plus efficacement les cas d'Ebola aux États-Unis. Il a d'ailleurs prévenu que le virus pourrait se propager partout dans le monde si les pays ne mettent pas en place immédiatement des mesures pour combattre l'épidémie.

M. Obama a informé les Centres de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis (CDC) qu'il voulait mettre sur pied une équipe rapide d'intervention qui se rendrait dans les hôpitaux, en l'espace de 24 heures, pour former les professionnels de la santé sur les procédures à suivre.

Le président américain a annulé une activité de financement politique prévue mercredi pour tenir une réunion sur le virus Ebola avec son cabinet, qui suit le développement de l'épidémie aux États-Unis, mais aussi en Afrique de l'Ouest.

Le secrétaire de la Défense Chuck Hagel, le Procureur général Eric Holder et la secrétaire de la Santé et des Services sociaux Sylvia Burwell, notamment, étaient présents.

Le président a répété son plaidoyer pour que la communauté internationale s'implique davantage afin de freiner la propagation du virus, qu'il qualifie de menace à la sécurité internationale. Il a discuté de la question lors d'une conférence téléphonique avec le premier ministre britannique David Cameron, le président français François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel et le premier ministre italien Matteo Renzi.

Devant la presse, M. Obama a aussi tenu à rassurer les Américains devant le nouveau cas de contagion en sol américain. Il a assuré que son administration enquêterait sur les deux infirmières infectées dans un hôpital de Dallas pour ne pas que ces erreurs se reproduisent.