Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Procès des évadés d'Orsainville : le jury veut réentendre un témoignage

These images provided by Interpol show Yves Denis, 35, left, Serge Pomerleau, 49, center and  Denis Lefebvre, 53, in undated police handout photos. The three inmates, who escaped a jail near Quebec City by helicopter on June 7, were arrested Sunday June 22, 2014, at a home in Montreal, Quebec provincial police said. (AP Photo/Interpol)
These images provided by Interpol show Yves Denis, 35, left, Serge Pomerleau, 49, center and Denis Lefebvre, 53, in undated police handout photos. The three inmates, who escaped a jail near Quebec City by helicopter on June 7, were arrested Sunday June 22, 2014, at a home in Montreal, Quebec provincial police said. (AP Photo/Interpol)

Il faudra vraisemblablement patienter encore au moins une semaine avant d'avoir un verdict au procès pour trafic de stupéfiants des trois évadés du Centre de détention de Québec.

Au deuxième jour des délibérations, le jury a notamment demandé, dimanche, de réentendre le témoignage du délateur pendant le procès.

Le juge a acquiescé à la demande des jurés en leur spécifiant qu'ils devront écouter l'intégralité du témoignage, c'est-à-dire l'interrogatoire et le contre-interrogatoire. La réécoute de ce témoignage devrait prendre une semaine.

« La première question des jurés, ç'a été de vouloir réécouter le témoignage d'un des témoins qui a été entendu en poursuite pendant plusieurs jours [...] et l'autre demande qu'ils ont eue, c'est de pouvoir avoir accès à un document informatique pour disons faciliter leur consultation de la preuve », a expliqué Me Antoine Piché, procureur de la Couronne.

Serge Pomerleau, Yves Denis et Denis Lefebvre sont accusés de trafic de stupéfiants, de complot et de gangstérisme, entre autres.

Le jury est composé de six femmes et six hommes.

Les détails de l'évasion ont été divulgués vendredi, puisque les jurés étaient séquestrés, et que ces informations ne pouvaient plus influencer les délibérations.

On y apprend notamment que les trois accusés auraient comploté pour se tuer l'un l'autre afin de s'emparer de montants d'argent.

INOLTRE SU HUFFPOST

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.