NOUVELLES
25/08/2014 06:25 EDT | Actualisé 25/10/2014 05:12 EDT

Ukraine: combats à l'artillerie au sud du fief séparatiste de Donetsk

Des combats à l'artillerie entre rebelles prorusses et forces loyalistes ukrainiennes étaient en cours lundi au sud du bastion séparatiste de Donetsk, dans l'est du pays, ont rapporté des journalistes de l'AFP.

Ces combats interviennent au moment où les autorités ukrainiennes ont affirmé que les forces gouvernementales combattaient une colonne de blindés venue de Russie dans la région de Marioupol, à environ 90 kilomètres au sud de Donetsk. Une annonce qui, si elle était confirmée, laisserait transparaître un risque de prise en tenailles de l'armée ukrainienne dans ce secteur.

Ouverte il y a encore quatre jours, la route conduisant à Marioupol était coupée par les combats lundi. "Vous pouvez essayer de passer si vous avez neuf vies", ironise au dernier barrage séparatiste un combattant prorusse qui explique que la zone a été bombardée le matin même.

Les rebelles de Donetsk ont annoncé avoir lancé une contre-offensive et affirment avoir avancé vers le sud le long de cette route. Une affirmation difficile à vérifier. Le dernier barrage séparatiste sur la route, à une quinzaine de kilomètres au sud de Donetsk, n'a pas bougé depuis quatre jours.

Un des enjeux de la bataille en cours, semble la ville d'Olenivka, à 25 kilomètres au sud de Donetsk, dont l'AFP avait constaté en milieu de semaine dernière qu'elle était sous contrôle des forces loyalistes ukrainiennes.

Le "Premier ministre" de Donetsk, Alexandre Zakharchenko, a dit dimanche avoir bon espoir de reprendre rapidement cette petite ville, dont un quartier a déjà été touché par un tir de lance-roquettes multiple Grad le 18 août, sans qu'il soit possible de dire qui en est l'auteur.

Lundi en fin de matinée, des rebelles ont expliqué que des explosions entendues depuis le sud de Donetsk étaient des tirs de leur camp en direction du secteur d'Olenivka.

La tension est palpable dans les faubourgs du sud et du sud-ouest de la ville, qui comptait un million d'habitants avant la guerre mais dont de nombreux quartiers sont désormais quasiment déserts, les bâtiments et les stations service protégés par des sacs de sable.

Dans un quartier excentré du sud de la ville, des combattants séparatistes interceptent tous les véhicules noirs ressemblant à des 4x4. Ils assurent qu'une voiture de ce type sillonne le quartier et que ses occupants tirent sur les rebelles prorusses, une affirmation impossible à vérifier.

A la gare routière du quartier de Petrovsky (sud-ouest de Donetsk), les explosions sont également régulièrement entendues. Ce quartier a été très touché, comme en témoignent des maisons détruites et la chaussée défoncée par les obus. Sur le pare-brise des rares voitures, le mot "enfants" a été collé pour inciter les combattants à la retenue.

Tandis qu'une femme enlève précipitamment un obstacle sur un barrage avant de courir vers son véhicule, Oleg Ieremenko explique être venu rechercher chez lui des affaires dont il a rempli sa petite voiture rouge. "Bien sûr que j'ai peur. Tous les gens normaux ont peur, mais que faire ?", demande-t-il. "Ils bombardent des quartiers résidentiels, des hôpitaux", ajoute-t-il, faisant référence à l'armée ukrainienne.

ng/lap/pop/jh