Trouver le bonheur au boulot pour les nuls

Soyons réalistes : le plus clair de notre temps est consacré au travail.

Certains occupent un emploi qu’ils souhaiteraient ardemment quitter, si ce n’était que pour x ou y raison… D’autres fantasment à l’idée de faire disparaître incognito leur collègue lors de la prochaine activité de consolidation d’équipe en forêt ou à la brillante répartie qu’ils auraient tant dû lancer à leur client lors du dernier réunion. Et c’est sans compter leur supérieur, digne de figurer dans le film américain « Horrible Bosses »… Rassurez-vous! Il existe quelques trucs empruntés de la méditation pour conserver un casier judiciaire sans tache.

Premièrement, selon Sharon Salzberg, auteur et conférencière, « le bonheur est lié, mais non défini par les circonstances environnantes… ».

Mais comment cela est-ce possible? Voyons voir de plus près.

• Votre journée va de mal en pis et vous croyez que votre après-midi aura une finale digne du film « Apocalypse Now »?

Assoyez-vous. Faites une liste mentale de cinq éléments depuis votre lever pour lesquels vous êtes reconnaissants. Oui, vous avez fort probablement entendu parler du pouvoir de la gratitude auparavant. La raison pour laquelle vous devriez vous y mettre est simple : plusieurs statistiques et psychologues affirment que la gratitude suscite une multitude d’émotions positives dont la fierté, joie, espoir et le contentement. Prenez l’exemple suivant : vous vous rendez à Washington D.C. afin d’admirer les cerisiers en fleurs… ce qui est en soi un magnifique spectacle, non? Imaginez qu’un passant vous signale que les cerisiers étaient en fait à leur apogée il y a quelques semaines.

Vous ressentirez sûrement une pointe de frustration, de déception. « Je n’ai pas vécu l’expérience optimale! » Et pourtant… vous avez la bonne fortune d’être en voyage et d’avoir sous vos yeux une véritable ode à la beauté.

• Vous avez une réunion d’une importance capitale à votre agenda. Quelques minutes avant, prenez une pause. Identifiez clairement le but de cette rencontre. Que voulez-vous vraiment retirer de ce rendez-vous? Avoir au bout du compte une meilleure qualité de vie? Ou blesser, miner la crédibilité de votre interlocuteur? Une auto-évaluation franche s’impose.

Gardez en tête le fait suivant : l’être humain à qui vous vous adresserez souhaite être heureux et vit des moments de souffrance, lui aussi.

• Vous subissez une injustice, le ton monte avec votre supérieur, vous venez de vous faire vilipender à tort par un client? Çà, c’est sans compter votre conjoint récemment mis à pied et l’aîné qui vient de se faire évincer de l’école secondaire. Oh la la, on respire! Littéralement.

C’est que selon Sharon Salzberg, professeure de méditation depuis 1978, faire une pause de quelques minutes et se centrer sur sa respiration joue un rôle clé dans l’atteinte du bonheur. Tout d’abord, il faut fermer les yeux. Écouter les sons ambiants. Ensuite, il s’agit de porter son attention sur sa respiration, et que sur sa respiration.

Une (ou des millions) de pensées apparaissent soudainement? Il suffit de recommencer à nouveau. Cette pratique vous permettra de mieux contrôler votre énergie. Calme instantané garanti. En prime? Zéro réplique qui dépasse votre pensée - ce qui vous permettra de conserver votre poste!

• Pratiquer l’auto compassion.

L’auto compassion n’a rien à voir avec une attitude passive, docile et soumise : bien au contraire. Avoir de l’auto compassion, c’est être dans l’action, être extrêmement résilient, se pardonner un échec, se relever, et recommencer. Constamment.

Entretenir la culpabilité, s’apitoyer sur son sort, se mentir à soi-même, tout çà, c’est de l’énergie gaspillée et mal dirigée. On se reprend en main, on se relève, et on continue. Point.

• Cesser de chercher l’emploi de rêve.

La vérité? Chacun de nous passera la plus grande majorité de son temps à poursuivre ou rêver d’un meilleur emploi… sans que cela n’arrive nécessairement. « J’aimerais poursuivre ma carrière à Londres, mais je ne veux m’éloigner de mon gamin, garde partagée oblige ».

Que faire, alors? La solution est simple. Si votre boulot est votre seule source d’estime personnelle, vous aurez souvent l’impression que le bonheur vous glisse entre les doigts. Ayez des passe-temps valorisants. Démarquez-vous par ces derniers.

Laissez une empreinte durable dans votre communauté. Selon Matthieu Ricard, moine bouddhiste et auteur, le bonheur est intrinsèquement lié à… l’altruisme. Rendre les autres heureux apporte un profond sentiment de légitimité, ce qui rend le bonheur automatiquement acquis.

Le bonheur au travail est accessible à tous. Qu’attendez-vous pour y mettre?

INOLTRE SU HUFFPOST