NOUVELLES
25/08/2014 10:12 EDT | Actualisé 25/10/2014 05:12 EDT

Les shebab abandonnent une nouvelle localité somalienne

L'armée somalienne, appuyée par la force de l'Union africaine, ont repris aux islamistes shebab la localité de Tiyeglow, dernière localité d'importance encore sous leur contrôle dans la région méridionale de Bakool, a annoncé lundi un responsable somalien et l'Amisom.

Des centaines de soldats somaliens et du contingent éthiopien de l'Amisom sont entrés sans résistance dans Tiyeglow, les shebab fuyant sans combattre la localité, située à environ 240 km au nord de Mogadiscio.

"Les troupes somaliennes et de l'Amisom se sont emparées de Tiyeglow et ont contraint les militants (islamistes) à s'enfuir sans combattre", a déclaré à l'AFP un responsable des services somaliens de sécurité, Mohamed Moalim.

"L'opération va se poursuivre jusqu'à la libération de la totalité de la région", a-t-il ajouté.

La région de Bakool fut longtemps un fief des shebab, qui contrôlèrent un temps la majeure partie du sud et du centre de la Somalie.

Chassés de Mogadiscio en août 2011 par l'Amisom, ils ont depuis été contraints d'abandonner l'essentiel de leurs bastions, face à la puissance de feu supérieure de la force africaine, dont les effectifs ont été portés en janvier à 22.000 hommes.

L'Amisom a confirmé la prise de Tiyeglow, indiquant qu'il s'agissait de la dernière localité aux mains des shebab dans la région de Bakool.

Les shebab liés à Al-Qaïda ont reconnu avoir abandonné Tiyeglow, mais assuré ne pas être défaits.

"Les moudjahidine ont procédé à un retrait tactique de la localité et l'ennemi est entré", a assuré à l'AFP Sheikh Mohamed Ibrahim, un chef militaire shebab, "je vous assure que la zone va devenir leur tombeau, ils ne dormiront jamais en paix".

Un habitant, Hassan Adan, a indiqué à l'AFP avoir vu des dizaines de véhicules de l'armée éthiopienne entrer dans Tiyeglow. "Il n'y a pas eu de combats, les troupes éthiopiennes sont entrées dans la ville avec des dizaines de camions militaires et de tanks", a-t-il raconté.

L'Amisom a lancé en mars une offensive visant à libérer les villes encore aux mains des shebab, qui contrôlent en outre de larges zones rurales et ont abandonné le combat conventionnel pour les actions de guérilla et les attentats, notamment à Mogadiscio.

Le prochain objectif avoué des forces somaliennes et de l'Amisom est le port de Barawe, crucial pour les finances des shebab et d'où ils exportent du charbon de bois vers les pays du Golfe.

L'ONU et les organisations humanitaires s'inquiètent d'une possible grave crise alimentaire en Somalie, en raison de la sécheresse, trois ans après une terrible famine qui avait tué environ 260.000 personnes.

nur-pjm/txw/ayv/cgu