NOUVELLES
25/08/2014 08:11 EDT | Actualisé 25/10/2014 05:12 EDT

Le président ukrainien dissout le Parlement et appelle à une élection en octobre

KIEV, Ukraine - Le président ukrainien a dissous le Parlement, lundi, et appelé à des élections anticipées en octobre, alors que le pays continue de combattre une insurrection prorusse dans des régions de l'Est.

Petro Porochenko a annoncé par communiqué sur son site Internet avoir dissous le Parlement et appelé à des élections le 26 octobre. Il a fait valoir que le geste respectait la Constitution ukrainienne, rappelant l'effondrement de la coalition au pouvoir il y a quelques semaines. Le président ukrainien a soutenu que plusieurs députés étaient des «alliés des militants séparatistes».

Mardi, M. Porochenko doit prendre part à un sommet avec le président russe Vladimir Poutine, et pourrait être pressé de chercher une voie négociée au conflit plutôt qu'une victoire militaire.

Également lundi, des chars et des blindés russes seraient entrés dans le sud-est de l'Ukraine, selon un dirigeant ukrainien, loin du site des combats les plus intenses des dernières semaines.

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de l'Ukraine, le colonel Andriy Lysenko, a déclaré aux journalistes que le convoi de dix chars, deux blindés et deux camions a traversé la frontière près de la ville de Shcherbak, après que la ville voisine de Novoazovsk ait été bombardée depuis la Russie pendant la nuit.

Il affirme qu'il s'agissait de véhicules militaires russes portant le drapeau des séparatistes de Donetsk.

À Moscou, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov, a dit ne rien savoir de cet incident.

Cette incursion présumée pourrait signifier que les forces russes tentent de rejoindre la ville de Marioupol, un port important de la mer d'Azov, une branche de la mer Noire.

Marioupol se trouve sur la route principale qui relie la Russie et la péninsule de la Crimée, qui a été annexée par la Russie en mars, La chute de Marioupol pourrait mener à la capture d'une portion de territoire entre la Russie et la Crimée. Une offensive dans le sud pourrait aussi détourner l'attention des forces ukrainiennes qui essaient de reprendre le bastion rebelle de Donetsk, plus au nord.

M. Lysenko a toutefois prévenu que Marioupol, qui porte aussi le nom de Jdanov, dispose de suffisamment de combattants «pour repousser toute attaque de la part d'invités indésirables».

Les combats se poursuivaient ailleurs dans l'Est ukrainien, notamment autour de la ville d'Olenivka, à 25 kilomètres au sud de Donetsk. M. Lysenko a dit lundi que ces combats ont coûté la vie à quelque 250 séparatistes, mais il n'a pas précisé à quel moment. Un commandant rebelle a déclaré dimanche être en contrôle des deux tiers de la ville.

La Russie avait précédemment annoncé son intention d'envoyer un deuxième convoi d'aide humanitaire dans l'est de l'Ukraine.

L'envoi unilatéral d'un premier convoi de 200 camions, la semaine dernière, avait été dénoncé par l'Ukraine et décrié par les États-Unis, l'Union européenne et l'OTAN. Même si ces véhicules sont rentrés chez eux sans incident samedi, l'intention de Moscou de récidiver risque de soulever de nouvelles inquiétudes concernant les intentions réelles de la Russie. L'Ukraine et l'Occident craignent de voir Moscou profiter de ces convois pour fournir de l'aide aux séparatistes prorusses.

Le ministre Lavrov affirme que la Russie a informé le gouvernement ukrainien de ses intentions, et que le deuxième convoi empruntera le même trajet que le premier.

M. Lavrov ajoute que l'eau, les vivres et les autres biens livrés par le premier convoi étaient distribués lundi dans la ville assiégée de Lougansk, avec l'aide du Comité international de la Croix-Rouge.

La Croix-Rouge n'a pas commenté.