NOUVELLES
25/08/2014 01:37 EDT | Actualisé 25/10/2014 05:12 EDT

France: Falcao renaît doucement au football à Monaco

Radamel Falcao, l'attaquant-vedette de l'AS Monaco, buteur dimanche à Nantes (1-0) pour sa première titularisation en Championnat de France depuis janvier 2014 et sa grave blessure du genou gauche, renaît doucement au football.

L'année 2014 restera une année charnière dans la carrière sportive de l'idole du foot colombien. Alors qu'il avait axé entièrement son travail et la gestion de son physique en prévision de la Coupe du monde au Brésil, sa blessure à Lyon face aux amateurs de Chasselay en Coupe de France, le 22 janvier 2014, a privé Radamel Falcao de ses plus grands espoirs. Cet été, il a même vu son coéquipier monégasque, James Rodriguez, briller à sa place au Brésil, et signer au Real Madrid, alors que Florentino Perez, le président du club merengue, lui voue une grande admiration.

Au lieu de quoi, Falcao, qui a déjà connu de graves blessures dans sa carrière, a dû se recroqueviller sur lui-même, et travailler très dur pour reconstruire un corps meurtri.

Il dut aussi justifier la moindre évolution de sa rééducation, tout en s'obligeant à garder la pression à distance. A ce propos, son tweet réconfortant envers le défenseur de Chasselay, Soner Ertek, auteur du tacle qui le blessa, fut important. "Merci pour tes messages, écrivit Falcao. Ne te sens pas coupable pour ce qui est arrivé. Ce sont des accidents du football".

Malgré une rééducation ciblée, le buteur colombien a dû se résoudre à ne pas disputer le Mondial. La décision, rendue publique le 3 juin, fut logique. Elle plongea cependant un pays dans la tristesse.

- Objectif Ligue des champions -

Dès lors, Falcao n'avait qu'une seule obsession: retrouver ses capacités le plus rapidement possible. Avec l'AS Monaco. Car, vu son salaire exceptionnel (près de 1,2 millions d'euros mensuels) net d'impôt en Principauté, et les logiques interrogations (concernant sa condition physique) des clubs potentiellement intéressés par sa venue, Falcao sait, à une semaine de la fin du mercato, que ses chances de quitter le Rocher sont excessivement faibles.

D'autant plus qu'à Monaco, tout est aujourd'hui réuni pour qu'il redevienne le +Tigre+. En dehors du terrain, le calme de la cité lui permet de se focaliser uniquement sur ses performances. Au sein du club, la direction, qui a toujours fait de lui sa vitrine et sa caution sportive, souhaite que l'entraîneur Leonardo Jardim le mette dans les meilleures conditions. L'objectif est de le voir briller dès le début de la Ligue des champions.

D'ailleurs, Vadim Vasyliev, le vice-président monégasque, a toujours dit compter sur lui cette saison, persuadé d'un retour au plus haut niveau de l'homme sur lequel son président, le milliardaire russe Dmitry Rybolovlev, a investi 60 millions d'euros en transfert voici un an.

A Monaco, tout est donc programmé pour que Falcao revienne doucement mais sûrement à son meilleur niveau. Une planification a été effectuée. Après avoir rejoué (et marqué de la tête) en amical face à Arsenal, le 3 août, il est entré deux fois en cours de rencontre en L1 (marquant un premier but sur penalty lors de la défaite inaugurale contre Lorient 2-1), avant d'être titularisé à Nantes. Ses soixante-dix minutes ont été moyennes. Mais il a marqué. Et s'il semble encore loin de son meilleur niveau, Falcao gagne chaque jour en confiance. Son club veille à ce qu'il se sente utile et plus encore, incontournable. C'est le sens, par exemple, d'une vidéo du site internet du club sur laquelle on le voit collectionner les buts à l'entraînement, dont un ciseau retourné de grande classe.

Après un penalty anecdotique face à Lorient lors de la première journée, le but de la tête inscrit à Nantes, qu'il dit devoir "au centre spectaculaire de Layvin (Kurzawa)", marque donc, pour le buteur colombien, le premier jour du reste de sa carrière sportive.

cb/hf/dd/pgr/jgu/sk